• Le CES de Las Vegas est le principal salon mondial des concepteurs et fabricants de nouvelles technologies.
  • Les entreprises y vont pour nouer des contacts à l’international et accélérer leur croissance.
  • La quarantaine d’entreprises de Nouvelle-Aquitaine proposera des innovations dans plusieurs domaines.

Elles étaient une trentaine cette année. Elles seront quarante en 2018, ce qui fera de la Nouvelle-Aquitaine « l’une des deux-trois plus grosses délégations françaises » au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, qui se tiendra du 9 au 12 janvier, s’est réjoui ce mardi Alain Rousset, président de la région, lors de la présentation des start-up régionales sélectionnées.

>> A lire aussi : Un an avant son ouverture, la Cité Numérique commercialisée à 80%

Le CES de Las Vegas est le principal salon mondial des concepteurs et fabricants de nouvelles technologies. Chaque année, il mobilise 200.000 visiteurs professionnels autour de 3.600 exposants sur quatre jours de show. Près de 20.000 nouveaux produits y sont lancés à l’échelle mondiale. C’est surtout l’occasion pour les participants de rencontrer les leaders mondiaux, grands groupes et influenceurs impliqués dans la transformation numérique de l’économie.

Bientôt un dispositif régional d’aide aux fonds propres pour les start-up

Et à en croire les start-up qui y ont déjà participé, on y fait effectivement du business, et c’est un formidable accélérateur de croissance. « Il y a un an nous étions une société de dix personnes, après le CES nous sommes en phase de construction d’une usine de 4.000 m2 à Saint-Jean-d’Illac » explique ainsi la start-up bordelaise Climax Technology.

>> A lire aussi : Un véhicule électrique ultra-léger à assembler dans une micro-usine

La région Nouvelle-Aquitaine a engagé 350.000 euros pour ce déplacement, et prend en charge le « coaching » des entreprises. L’investissement régional va d’ailleurs se poursuivre, a promis Alain Rousset. « Nos PME sont trop petites, elles n’arrivent pas à croître, alors nous allons mettre en place un dispositif de fonds propre massif, qui sera capable de mettre des tickets de 5 à 15 millions d’euros dans ces entreprises. »

Quasiment tous les champs d’application seront représentés

Quasiment tous les champs d’application seront représentés par ces start-up : l’e-santé centrée sur le patient, la maison connectée pour un mieux vivre ensemble, le digital et l’humain en interaction dans l’industrie 4.0, le modèle collaboratif social et humain, l’Homme dans la cité du futur, et l’éducation et les loisirs pour mieux apprendre.

>> A lire aussi : La société Immersion fait entrer Renault Trucks dans la réalité augmentée

Domalys est ainsi un « créateur d’autonomie pour que nos aînés puissent vieillir à domicile », explique cette start-up de la Vienne. Il propose une lampe connectée, Aladin, « qui fait de la détection de mouvement, analyse les habitudes de vie et alerte les aidants via une application. » La start-up Hopen Project (Bordeaux) conçoit et développe pour sa part le projet Hopen Family, « la première clé intelligente qui permet aux seniors de recevoir photos et vidéos sur la télévision en temps réel. » Hopen Family est une véritable chaîne de télé qui permet aux aînés en rupture technologique de rester connectés. Des maisons de retraite sont intéressées.

Silent Space, pour réduire le niveau sonore dans les open space

Dans le domaine de l’industrie 4.0, AIO à Léognan développe et fabrique pour les constructeurs automobiles des équipements mécaniques d’assistance aux gestes grâce à son produit Numii. Il identifie également les zones à risque dans l’usine. Cet object connecté génère de la Data sur le travail humain au profit du monde médical, scientifique et industriel. Orfea Acoustique Développement (Brive) s’occupe avec l’application Silent Space de réduire le niveau sonore dans les open space. Un indicateur lumineux indique par exemple lorsque le niveau sonore est trop élevé.

Marbotic, la start-up béglaise qui crée des jeux innovants alliant tablette tactile et objets en bois ou encore Pack’nDrive, un chatbot de déclaration de sinistres automobiles, seront aussi du voyage.

>> A lire aussi : Une start-up reconnecte le jouet en bois à son époque

En tout, 27 start-up exposeront et 12 se déplaceront avec la statut de « visiteuses. » Pour peser davantage, la Nouvelle-Aquitaine se déplacera cette fois en une délégation unique, réunissant le cluster d’entreprises du numérique Aliptic, Bordeaux Métropole, la CCI Bordeaux-Gironde, la CCI International Nouvelle-Aquitaine, l’association Digital Aquitaine et la French Tech Bordeaux.