• Renault Trucks a choisi la technologie de la réalité mixte, qui permet d'ajouter des objets dans l'environnement sous forme d'hologrammes.
  • L'opérateur équipé d'un casque HoloLens pourra recevoir dans son champ de vision des instructions d'aide à la décision.
  • Immersion travaille depuis 1994 sur la réalité augmentée, notamment dans le domaine de l'industrie.

C’est le fruit d’une collaboration de vingt ans entre Renault Trucks et la société bordelaise Immersion, leader européen de la réalité augmentée. Le constructeur de poids lourd va en effet se mettre à la réalité mixte en équipant ses opérateurs de casques HoloLens, a annoncé lundi 20 novembre Immersion.

 

>> A lire aussi : Hololens, l'ordinateur du futur de Microsoft, débarque en France

À la différence de la réalité augmentée qui affiche des informations par-dessus le réel, à plat comme sur un écran, la réalité mixte permet, elle, d’ajouter des objets de synthèse dans l’environnement réel, sous la forme d’hologrammes, avec lesquels l’utilisateur peut interagir. C’est précisément la réalité mixte que Renault Trucks expérimente pour le contrôle qualité dans son usine de fabrication de moteurs à Lyon.

« Aujourd’hui, lorsqu’un opérateur intervient sur un point de contrôle, il utilise encore des instructions papier »

« Concrètement, l’opérateur en charge du contrôle qualité sera équipé d’un casque Microsoft HoloLens, dans lequel seront intégrées toutes les pièces numérisées du moteur », explique Bertrand Félix, à l’initiative de ce projet chez Renault Trucks. « Grâce à ces lunettes et à l’interface de réalité mixte, l’opérateur recevra dans son champ de vision des instructions d’aide à la décision, qui le guideront dans les opérations de contrôle les plus complexes. Aujourd’hui, lorsqu’un opérateur intervient sur un point de contrôle, il utilise encore des instructions papier. »

>> A lire aussi : IA, réalité mixte… Quelles surprises nous réserve la conférence de Microsoft?

Chacune des pièces du moteur, ainsi digitalisées et superposées au moteur réel, peut être vue séparément, ce qui permet de diriger l’opérateur vers certaines parties du moteur et valider une à une les étapes du processus de qualité. L’opérateur peut également, tout en gardant les mains libres, recevoir des éléments complémentaires d’aide à la décision, tels que la visualisation de plans, d’instructions de vérification, de montage. Enfin, cette technologie, qui embarque de multiples capteurs, offre la possibilité de tourner autour du moteur.

Réduire la charge cognitive des opérateurs

Renault Trucks voit en cette technologie des avantages importants : l’utilisation de la réalité mixte permet de réduire la durée des opérations de contrôle qualité, tout en les améliorant. Elle permet de réduire la charge cognitive des opérateurs et d’accélérer leur formation. Dans un second temps, d’autres applications pourront être envisagées, telles que l’aide à l’assemblage ou encore l’aide à la réparation.

>> A lire aussi : VIDEO. La réalité augmentée arrive dans les écoles: «C’est super de voir les volcans comme ça»

Le prototype conçu avec Immersion entre dès aujourd’hui en phase de tests à l’usine moteurs de Lyon, en vue d’une industrialisation à horizon 2019-2020.

« Un temps de formation réduit de 80 % » chez Sunna design à Blanquefort

Cette avancée est une étape-clé pour Immersion, « car on apporte la maquette numérique dans l’usine », explique Christophe Chartier, président et cofondateur d’Immersion. L’entreprise bordelaise, lancée en 1994 et installée dans le quartier de la Bastide sur la rive droite, avait déjà collaboré avecl’entreprise de Blanquefort Sunna Design (éclairage public solaire intelligent).

« On leur a apporté la réalité augmentée sur le parc d’assemblage, où l’opérateur est guidé par des écrans apportant en superposition des informations 3D, lui expliquant comment monter les éléments. Le temps de formation a été réduit de 80 % avec cette technologie. De plus, grâce à notre plateforme sharing, un opérateur peut interagir à distance », poursuit Christophe Chartier.

>> A lire aussi : Sunna design déploie ses lampadaires solaires et connectés

Ce logiciel, Sharing, est déjà utilisé par d’autres gros industriels, comme Airbus. Immersion travaille également avec Alstom, en lui fournissant une technologie de visualisation en 3D de ses futures rames, ce qui permet d’en améliorer le design et l’aménagement intérieur.

On pourra se projeter en 3D dans le futur quartier de Bordeaux Bastide-Niel

Mais un des gros secteurs de développement pour Immersion, se situe certainement dans le BIM (Building Information Modeling), ou modélisation des informations du bâtiment. « Il s’agit de donner à voir, en superposition d’une maquette blanche, les aménagements futurs d’un quartier » résume Christophe Chartier.

Immersion travaille déjà sur ce sujet avec BMA, Bordeaux Métropole Aménagement, sur le futur quartier Bastide-Niel en cours de construction sur la rive droite de Bordeaux.

>> A lire aussi : Les premières constructions de l'étonnant quartier Bastide-Niel vont démarrer

« Dans la maison du projet de ce futur quartier, il y aura un gros système immersif avec casques et tables tactiles, permettant de se projeter dans le quartier en fonction des usages. C’est un gros marché en devenir. »