• Le plan collèges du département prévoit 12 nouveaux établissements pour faire face à la hausse démographique.
  • La commune du Taillan, qui compte 10.000 habitants, réclame un établissement depuis plusieurs années mais ne fait pas partie de ce plan.
  • La maire UDI Agnès Versepuy annonce qu'elle ne «lâchera pas» tant qu'elle n'aura pas obtenu satisfaction.

Elle a beau recompter les effectifs, relire les arguments, elle ne comprend toujours pas pourquoi sa ville du Taillan-Médoc a été exclue du plan collèges présenté le 31 août dernier par Jean-Luc Gleyze, président (PS) du conseil départemental de la Gironde.

>> A lire aussi : Douze nouveaux collèges d'ici à 2024 en Gironde

La maire du Taillan, Agnès Versepuy (UDI), a donc décidé d’organiser une manifestation citoyenne le 3 décembre prochain avec les parents d’élèves de la commune. Le président du département et la présidente de la commission collèges y seront conviés, « pour qu’ils expliquent leur choix aux Taillanais » indique Agnès Versepuy.

Un choix politique ?

Douze collèges seront construits sur l’ensemble de la Gironde d’ici à 2024, pour faire face à la croissance démographique : 7.600 élèves supplémentaires sont attendus d’ici à 2025. Deux nouveaux établissements sont prévus dans le quadrant nord-ouest de la métropole bordelaise - au Haillan et au Pian-Médoc - l’un des secteurs qui connaît la plus forte hausse de population.

« J’ai pris connaissance de ce plan dans les médias, rappelle la maire du Taillan, qui est également conseillère départementale membre de la commission… collèges. Il n’y a eu aucune concertation. Quand j’ai lu dans le journal qu’il y aurait un nouvel établissement au Haillan, ville à la population équivalente à la nôtre, et qui en compte déjà un, j’ai cru à une erreur de frappe… Mais non, c’était bien cela. » Et l’élue de s’interroger s’il ne s’agit pas d’un choix politique. « Les 12 cantons à accueillir un nouveau collège font tous partie de la majorité départementale. »

Seule ville de plus de 10.000 habitants à ne pas compter de collège

« Dans tous les cas, cette décision est incompréhensible, car nous serions la seule ville de plus de 10.000 habitants du département à ne pas compter de collège, malgré les demandes insistantes de mes prédécesseurs et de moi-même. » Et le soutien du président de la Métropole Alain Juppé.

>> A lire aussi : Circulation, éducation... Les annonces d'Alain Juppé lors de sa conférence de rentrée

L’édile met en avant que sa commune comptera à la prochaine rentrée scolaire 563 élèves en âge d’aller au collège. De quoi remplir un établissement. « Actuellement, nos élèves sont dispatchés sur Eysines, Saint-Aubin, Saint-Médard et Le Haillan, avec les contraintes que cela représente en termes de transport. »

La circulation est un sujet sensible au Taillan, traversée chaque jour par 1.500 camions. Agnès Versepuy va d’ailleurs à nouveau demander la fermeture de l’axe principal de la ville, l’avenue de Soulac, pour une journée symbolique « sans véhicule » le 3 décembre prochain également. « Nous ferons d’une pierre deux coups ce jour-là, car ces deux sujets du collège et de la circulation sont liés. »

>> A lire aussi : Le Taillan veut interdire les poids-lourds sur sa commune

Pour le département, le nouvel établissement au Pian permettra d’absorber les élèves du Taillan

Dans un courrier adressé à Agnès Versepuy le 26 septembre dernier, Jean-Luc Gleyze argumente que le nouvel établissement sur la commune voisine du Pian, permettra d’accueillir non seulement les collégiens résidant au Pian, mais aussi une partie de ceux du Taillan. » A l’inverse, « un collège au Taillan aurait accueilli la totalité des collégiens du Pian et du Taillan, soit plus de 800 collégiens dès l’ouverture. » Or, le département souhaite des établissements de 600-700 places maximum pour permettre des conditions d’enseignement plus acceptables.

Le président du conseil départemental souligne enfin que le terrain envisagé au Pian « est situé à proximité du Taillan : nous devrons nous attacher à ce que les dessertes notamment par voies douces puissent le desservir. » Quant au choix d’ouvrir un nouvel établissement au Haillan, il se justifie car « il permettra d’alléger le collège Emile Zola ainsi que ceux de Saint-Médard. De plus, les populations scolaires augmentent davantage sur la commune du Haillan que sur celle du Taillan. »

« Revoir la carte scolaire et créer un treizième collège »

« Cela ne tient pas la route, assure Agnès Versepuy. D’abord on me dit qu’il faut réfléchir par secteurs et non par communes, mais le département met en avant comme argument que le Haillan a une croissance démographique plus forte que la nôtre. Quant au fait de scolariser une partie des Taillanais au Pian, cela ne va faire qu’aggraver les conditions de circulation, car je ne vois pas où l’on peut insérer des circulations douces à cet endroit. »

« La réalité, assure l’élue, est qu’il faut revoir la carte scolaire et créer un treizième collège au Taillan. Le collège du Pian a toute sa légitimité à partir du moment où il permet de désaturer les établissements de Parempuyre et de Blanquefort… Mais je refuse que les Taillanais soient la variable d’ajustement de ce plan collèges. Je vais continuer à me battre pour l’obtenir, il est hors de question de lâcher. »