L’association étudiante Melting Potes s’occupe d’intégrer les quelque 600 étudiants étrangers qui viennent passer chaque année un semestre ou plus à l’école de Kedge Business School, à Bordeaux.

Il y a un an environ les membres de l’association ont posté sur leur page Facebook des traductions des expressions locales les plus obscures pour les nouveaux venus.

>> A lire aussi : Chocolatine ou pain au chocolat? Une boulangerie de Tokyo clôt le débat et choisit «chocolatine»

« Ils ne vont pas toutes les entendre mais par exemple je pense au terme “poche” [pour un sac plastique] dont les étudiants internationaux ne vont pas comprendre le sens sans explication », commente Mathieu Tournemille, président de l’association.

Parmi les expressions, le fameux « gavé » (trop) servi à l’envi dans les conversations bordelaises ou encore « avoir la quinte », qui n’a rien à voir avec la toux mais désigne une vexation.

Cette année de nouvelles formules bien régionales seront décryptées sur la page Facebook de l’association, à l’occasion de la rentrée qui a lieu dans quelques jours. « Et en un an, les étudiants qui sont venus dans notre école à Bordeaux ont pu en parler à leurs amis et les ont tagués pour leur montrer le langage local », précise Mathieu Tournemille.

>> A lire aussi : Cinq lycéens de Montauban demandent la reconnaissance officielle du mot «chocolatine»

L’association est aux petits soins avec les nouveaux arrivants, au-delà du décryptage de quelques formules de la « parlure » locale. Les membres de Melting Potes vont les chercher à l’aéroport ou à la gare à leur arrivée, les accompagnent dans leurs démarches administratives et leur proposent des offres de colocations avec des étudiants français. Ils organisent également une animation par semaine, à destination de ces étudiants étrangers, comme une dégustation de vins de Saint-Emilion, par exemple. L’association compte 22 membres aujourd’hui et va doubler son effectif à la rentrée.