Bordeaux: Tout savoir sur les conséquences de la fermeture du pont de Pierre aux voitures

CIRCULATION Selon les modélisations réalisées par la métropole, cette expérimentation de deux mois devrait avoir peu d'impact sur le trafic automobile dans la ville...

Mickaël Bosredon

— 

Le pont de Pierre. Illustration.

Le pont de Pierre. Illustration. — E.Provenzano / 20 Minutes

  • Le pont de Pierre est fermé aux voitures et aux deux roues motorisés du 1er août au 30 septembre
  • Si elle s'avère concluante, l'expérimentation sera prolongée

La métropole de Bordeaux va expérimenter la fermeture du pont de Pierre aux véhicules, à compter de ce mardi 1er août et pendant une période de deux mois. Un test qui pourra être arrêté à tout moment s’il ne s’avère pas concluant, mais qui pourra être aussi prolongé, voire pérennisé, s’il s’avère positif. 20 Minutes fait le point sur cette expérimentation.

Pourquoi la métropole fait-elle ce test ?

Malgré les 15.000 véhicules qui l’empruntent chaque jour, le pont de Pierre ne représente plus que 5 % des franchissements automobiles quotidiens de la Garonne. Et pourtant, la file voiture est saturée en heure de pointe. Une enquête montre que 33 % des automobilistes empruntant le pont de Pierre viennent d’une commune hors métropole et auraient tout avantage à emprunter un autre itinéraire. Parallèlement, avec 7.000 vélos par jour, le pont représente 73 % des franchissements quotidiens à vélo. Le test vise donc à s’adapter à cette « évolution des pratiques de déplacement » explique la métropole.

>> A lire aussi : Bordeaux: La fermeture du pont de pierre aux voitures réjouit les cyclistes mais pas les écolos

Qui sera concerné ?

Le pont de Pierre sera fermé à la circulation automobile et des deux-roues motorisés (hors taxis, cars de tourisme, Bordeaux City Tour, bus TBM) du 1er août au 30 septembre 2017. Il restera ouvert aux cyclistes et aux piétons, et les trams continueront bien sûr d’y circuler.

Pourquoi commencer l’expérimentation en août ?

« Traditionnellement, le mois d’août correspond à la période de l’année où la circulation automobile est la plus faible et le mois de septembre à celle où la pratique du vélo est la plus forte, explique la métropole. La période choisie est donc la plus propice au lancement de cette expérimentation, d’autant que la rentrée scolaire est souvent l’occasion de mettre en œuvre de nouveaux comportements, y compris de nouvelles habitudes de déplacement. »

>> A lire aussi : Bordeaux: Les travaux du pont de Pierre ont démarré

Quelles conséquences pour le trafic automobile ?

Selon les évaluations effectuées a priori, « cette expérimentation devrait générer un fort report modal, près de la moitié des automobilistes franchissant jusqu’alors le pont de Pierre, préférant désormais utiliser un autre mode de transport », estime la métropole.

Une hausse du trafic automobile est toutefois attendue sur l’axe Joliot-Curie, ainsi que sur les quais rive gauche. Mais, « les modélisations réalisées montrent également une amélioration de la circulation sur le pont Jacques-Chaban-Delmas et aussi rive droite, quai de Brazza et avenue Thiers. » Quant au pont Saint-Jean, franchissement sur lequel se reporteront majoritairement les véhicules qui empruntaient jusqu’alors le pont de Pierre, « les conditions de circulation devraient y rester bonnes. »

Cette fermeture provisoire sera-t-elle définitive ?

Alain Juppé n’a pas arrêté de dire ces derniers mois que cette expérimentation pourra être arrêtée « à tout moment » si elle ne s’avérait pas concluante. « Elle fera l’objet d’une évaluation et de mesures quotidiennes, confirme Bordeaux Métropole. Elle pourra donc être stoppée en moins d’une semaine si des dysfonctionnements majeurs, non anticipés par les modélisations, sont constatés. » A l’inverse, « si les données relevées sur les flux de circulation, les temps de parcours et la qualité de l’air sont encourageantes, elle pourra être prolongée ou reconduite ultérieurement. » Sauf catastrophe, on imagine mal que la mesure ne soit pas reconduite. Surtout qu’un autre pont, le futur pont Simone Veil (anciennement Jean-Jacques Bosc) sera livré d’ici à l’été 2020.