Gironde: Une annonce lâchée par Ford donne un peu d’espoir aux salariés

ECONOMIE Un nouveau comité de suivi a eu lieu vendredi avec la direction de Ford Europe, dont les engagements sont encore jugés trop timides par Philippe Poutou, de la CGT Ford…

Elsa Provenzano

— 

Les salariés sont inquiets pour l'avenir du site de Ford à Blanquefort. - Photo : Sebastien Ortola

Les salariés sont inquiets pour l'avenir du site de Ford à Blanquefort. - Photo : Sebastien Ortola — S. ORTOLA / 20 MINUTES

  • Une étude de faisabilité pour une nouvelle boîte de vitesse qui pourrait être produite en 2019 a été lancée. 
  • Philippe Poutou, de la CGT Ford, attend des engagements fermes de Ford Europe pour le maintien des plus de 900 emplois sur le site. 

« Ford Europe a confirmé le lancement d’une étude de faisabilité pour une nouvelle boîte de vitesses, la 8F-Mid, dont la production doit démarrer dans le courant de l’année 2019, écrivent la préfecture de la Gironde et les collectivités associées dans un communiqué. Les pouvoirs publics saluent cette annonce et rappellent la nécessité d’un tel produit pour le maintien de l’emploi sur le site. »

>> A lire aussi : Présidentielle. Philippe Poutou: «Il existe d’autres possibilités que de subir»

« 200.000 boîtes de vitesses par an, c’est plus que ce qu’on fait aujourd’hui »

Si elle va dans le bon sens, cette annonce ne calme pas les inquiétudes des salariés quant à l’avenir du site de Blanquefort, en Gironde, sur lequel 1.000 emplois devaient être maintenus et qui en compte aujourd’hui 908, à fin juin. « Je crains que ce ne soit pas une véritable annonce, ils ont lancé ça pour calmer tout le monde lors de la réunion, estime Philippe Poutou, de la CGT Ford. Mais si ça va au bout, ce serait vraiment bien car on parle de 200.000 boîtes de vitesses par an, ce qui est plus que ce que l’on fait aujourd’hui ».

>> A lire aussi : Gironde: Pour la préfecture, des «interrogations non levées» subsistent dans le dossier Ford

A l’heure actuelle, l’usine tourne en sous régime et les salariés craignent que l’entreprise recourt à un certain « laisser-faire », sans s’assurer de la pérennité de son activité sur le site. « A un moment, ils ont voulu faire illusion en prétendant que la production de la boîte de vitesses 6F15 allait suffire mais le niveau de production prévue (pour 2018) qui est de 20.000 boîtes, est très insuffisant ». Une analyse partagée par les participants au comité de suivi qui ont fait part de « leur préoccupation et de leur vigilance », sur ce point.

« Les pouvoirs publics ont tendance à se faire duper »

Le prochain comité de suivi, organisé dans le cadre de l’accord qui court jusqu’en 2018 et qui a permis à l’entreprise de bénéficier de subventions publiques, aura lieu en octobre prochain. « Ce sera un rendez-vous déterminant pour lequel on sera mobilisé parce que les pouvoirs publics ont tendance à se faire duper et qu’il faudra à cette date savoir précisément quels sont les projets pour le site, estime l’ex-candidat à la présidentielle. Dans le cas inverse, ce sera très compliqué ».

>> A lire aussi : Présidentielle: Philippe Poutou, le seul candidat qui risque de perdre son boulot

Si Ford a le plus gros de son marché en Asie, le site Girondin espère résister et continuer à approvisionner le marché européen depuis le site de Blanquefort.