Bordeaux: Et si le Mölkky remplaçait la pétanque ?

LOISIRS Le jeu finlandais gagne du terrain (de pétanque), surtout dans l'ouest de la France...

Laetitia Dive

— 

La France est le pays où l'on joue le plus au Mölkky.

La France est le pays où l'on joue le plus au Mölkky. — JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

  • La France est le pays où l'on joue le plus au Mölkky, devant la Finlande où le jeu est pourtant né
  • A Bordeaux, plusieurs associations ont été créées, notamment la MöB

Ça y est, l’été pointe le bout de son nez et on retrouve déjà la chaleur (caniculaire), les promenades en vélo, les baignades, les apéros dehors, la plage… et le Mölkky. Car depuis quelques années, le jeu finlandais est devenu un incontournable lors des beaux jours.

A Bordeaux, les quilles fleurissent le long des quais dès 18 heures en semaine. Mais certains y jouent toute l’année : c’est le cas des membres de la MöB, l’association du Mölkky bordelais, créée il y a un an et demi.

Tous les jeudis

« On était une bande de copains qui jouait beaucoup au Mölkky pendant les apéros, les dîners… Un de nos potes est parti à Brest où il a monté une asso de Mölkky qui cartonne donc on a voulu faire pareil », raconte Simon Filaire, le vice-président.

Depuis, ils se réunissent tous les jeudis pour jouer sur un terrain de pétanque, à partir de 18 h 30 à côté du centre social du Burck, à Mérignac. « On est toujours entre 15 et 20. N’importe qui peut nous rejoindre. Le terrain est éclairé donc on peut jouer jusqu’à tard. »

>> A lire aussi : VIDÉO. Ça y est, le rugby subaquatique s'implante en France

Dès la première année, l’association a connu du succès : « on était entre 40 et 45 inscrits. C’est pareil cette année ». Et la moyenne d’âge ? « Cela va de 19 ans à beaucoup plus, on a plusieurs retraités. »

Boule ou quille, il faut choisir

Selon lui, les pétanquistes sont plusieurs à avoir rejoint les rangs des mölkkystes (oui, c’est devenu un adjectif) : « Ça ne lui fait pas encore d’ombre mais c’est vrai que c’est une alternative. Le Mölkky, on peut y jouer avec un seul jeu, on n’a pas besoin d’avoir un terrain nickel comme en pétanque… »

Mais pour le vice-président de la MöB, les plus férus de pétanques ne troqueront pas de sitôt leurs boules pour des quilles en bois : « D’abord, ça n’est pas le même public. Le Mölkky c’est très trentenaire », alors que la pétanque est plus implantée chez les générations au-dessus.

Ensuite, le jeu finlandais, bien que plus populaire en France que partout ailleurs, n’a pas encore conquis tout l’Hexagone : « Il est très présent dans l’ouest de la France, surtout en Bretagne. En Alsace et dans le Nord aussi on y joue un peu. Par contre, dans le Sud-Est, ils ne connaissent pas du tout et restent à la pétanque », croit savoir Simon Filaire. En revanche, les deux disciplines restent associées à l’apéro. En (très) gros, ça donnerait ça en termes de répartition :

Répartition (très cliché) du Mölkky et de la pétanque sur le territoire
Répartition (très cliché) du Mölkky et de la pétanque sur le territoire - Montage / carte issue du site de l'Académie de Marseille

Des tournois officiels

S’il sait tout cela, c’est parce qu’avec son association, Simon Filaire participe à des tournois. D’ailleurs, la MöB organisera le sien le 30 septembre prochain : « On fera une formule avec 60 équipes de deux personnes. C’est un Open donc tout le monde peut venir, on n’est pas obligé de passer par une asso ».

Dans ce type de compétitions, des férus de Mölkky viennent de toute la France. Les adhérents de la MöB se déplacent eux avec polos et bérets : « C’est notre marque de fabrique, on commence à être pas mal connus sur les tournois ».

C’est d’ailleurs pour pouvoir défendre officiellement leurs couleurs que le groupe d’amis avait créé l’association et s’était affilié à la fédération (car oui, le Mölkky a sa propre fédération, depuis 2013) : « Le fait d’être affilié ça compte pour le classement général français ». Si pour Simon Filaire, le Mölkky s’apparente plus au loisir qu’au sport, il prend des allures de plus en plus sérieuses.

>> A lire aussi : Bonnes idées à la con: Les 46 trucs à faire pendant les 46 jours avant la reprise du foot