Il n’aura pas joué un seul match avec les Girondins entre le début de la saison et son départ au Brésil mi-janvier. Mais depuis qu’il est arrivé à São Paulo, Pablo enchaîne les rencontres avec le Corinthians : « Il s’est installé dans le onze direct, au point que le club voudrait lever l’option d’achat », explique Nicolas Cougot, rédacteur en chef de Lucarne Opposée, site spécialisé dans le football latino.

Trois millions d’euros

En effet, le club de São Paulo aimerait conserver son défenseur central à l’issue du prêt qui s’achèvera le 31 décembre 2017. Mais pour cela, il doit trouver les fonds. Car le transfert est estimé à environ trois millions d’euros selon la presse brésilienne.

>> A lire aussi: On en est où de la valse des gardiens au Girondins de Bordeaux: ?

Or, pour l’instant, le club brésilien aurait des difficultés pour aligner une telle somme. Mais cela pourrait s’arranger prochainement : « Ils vont peut-être récupérer des fonds avec la vente des parts d’un joueur parti au Portugal », raconte Nicolas Cougot. Le Corinthians pourrait ainsi vendre les 25 % qui lui restent des droits fédératifs de Felipe, défenseur au FC Porto pour s’attacher les services du défenseur girondin à plus long terme.

Deux buts en dix-huit matchs

« Ici, Pablo joue très bien, les supporters l’aiment beaucoup. Lui-même a d’ailleurs dit qu’il voudrait rester », raconte Marco Bello, journaliste sportif qui suit le Corinthians pour une radio brésilienne. Cela peut se comprendre : en quinze matchs joués avec l’équipe paulista, le défenseur central a déjà inscrit deux buts.

Ces statistiques détonnent par rapport à celles qu’il affichait à Bordeaux : en une saison et demie, il n’aura disputé que dix-huit rencontres sous le maillot Marine et Blanc et marqué un seul but avant d’enchaîner plusieurs séries de blessures, ne lui permettant pas de s’illustrer sur les pelouses de Ligue 1.

>> A lire aussi: Didier Drogba va s'engager avec le Phoenix Rising FC... En deuxième div' américaine

Est-ce la seule raison ? « Avant d’arriver aux Girondins, il n’avait joué que deuxième division au Brésil. Est-ce qu’il lui aurait fallu une étape intermédiaire ? C’est une bonne question, s’interroge Nicolas Cougot. En Europe, c’est beaucoup plus cadré, et sur le terrain ça n’est pas le même jeu ». Il semblerait que, pour l’instant, Pablo reste plus à l’aise avec le « futebol do Brasil ».