Bordeaux: La métropole millionnaire en question

URBANISME «20 Minutes» s'est penché sur les conséquences, positives et négatives, de la croissance démographique sur la métropole de Bordeaux, qui doit l'amener au million d'habitants d'ici à 2030...

Mickaël Bosredon

— 

Grues de chantier au quartier des Bassins à Flot à Bordeaux, en octobre 2015

Grues de chantier au quartier des Bassins à Flot à Bordeaux, en octobre 2015 — M.Bosredon/20Minutes

Une métropole de plus en plus attractive et qui atteindra sans doute le million d’habitants à l’horizon 2030. Mais à quel prix ? C’est le thème du colloque organisé par l’Ajuca (Association des Juristes en Urbanisme et Constructions d’Aquitaine) jeudi 30 mars.

>> A lire aussi : Bordeaux Métropole: Le million d'habitants en 2030, c'est possible

Cette association d’élèves en Mastère 2 « Droit de l’urbanisme de la construction de l’immobilier » va réunir nombre de spécialistes sur le sujet. 20Minutes s’est penché sur les conséquences, positives et négatives, de cette poussée démographique sur la métropole de Bordeaux.

Des nouveaux quartiers construits à la va-vite ?

La construction de logements neufs sur Bordeaux Métropole se poursuit à un rythme effréné. Le nombre de ventes totales de logements neufs individuels sur Bordeaux Métropole en 2016 atteint 6.613 unités, soit + 41 % par rapport à 2015, et + 52 % par rapport à 2014.

>> A lire aussi : Bordeaux: «Dans le Triangle d'or, on ne trouve plus rien en dessous de 6.000 euros le m2 !»

Dedans, il y a du bon… et du moins bon. Les nouveaux quartiers de la métropole ont réservé quelques (mauvaises) surprises aux habitants. Ainsi dans l’éco-quartier Ginko à Bordeaux, un balcon s’est effondré le 4 août 2015, nécessitant le renforcement de plusieurs autres balcons du quartier. La chaufferie centrale fait aussi des siennes, obligeant certains locataires à choisir entre l’eau chaude et le chauffage…

L'éco-quartier Ginko, dans le quartier du Lac à Bordeaux, le 20 septembre 2013
L'éco-quartier Ginko, dans le quartier du Lac à Bordeaux, le 20 septembre 2013 - MB/20MINUTES

Du côté des Bassins à Flot,les premières livraisons de résidences n’ont pas non plus été à la hauteur des espérances. Des problèmes d’infiltration d’eau ont notamment été relevés.

Le 1er mai 2016, illustration de travaux dans le quartier des Bassins à flot
Le 1er mai 2016, illustration de travaux dans le quartier des Bassins à flot

Même les quartiers dits « haut de gamme » ne sont pas épargnés. Les nouvelles résidences de la Promenade Sainte-Catherine, en plein centre de Bordeaux et vendues… 7.000 euros du mètre carré, ont subi des malfaçons, avec des fissures constatées ou encore des portes de garage et d’ascenseurs en panne.

A Bordeaux, le 9 octobre 2015, ouverture de la Promenade Sainte Catherine, un centre commercial à ciel ouvert.
A Bordeaux, le 9 octobre 2015, ouverture de la Promenade Sainte Catherine, un centre commercial à ciel ouvert. - E.Provenzano / 20 Minutes

La métropole considère que « 20 % des promoteurs se comportent mal, et ceux-ci ne seront pas les bienvenus sur les prochaines opérations d’aménagement. » Pour le conseiller métropolitain Philippe Dorthe (PS) « les nouveaux quartiers ont été construits trop vite et les promoteurs pas assez encadrés. »

Des difficultés à encadrer la spéculation immobilière

Le prix du neuf sur la métropole progresse en moyenne de 3,5 % par an, et s’établit en 2016 à 3.640 euros du m2. Pour faire face à cette flambée des prix, Bordeaux Métropole vient de décider de se doter d’un Etablissement Public Foncier (EPF), organisme qui peut préempter des terrains privés pour les remettre sur le marché, et ainsi les soustraire à la spéculation immobilière. Une décision saluée par les élus de tous bords au sein de Bordeaux Métropole, même si le PS estime qu’elle arrive avec dix ans de retard.

>> A lire aussi : Immobilier: Les prix continuent de monter dans les grandes villes, notamment à Bordeaux

Bordeaux Métropole s’est aussi engagée dans l’opération « 50.000 logements » qui consiste à construire d’ici à 2030 des logements près des axes de transport, à des prix maîtrisés.

Des équipements qui ont du mal à suivre

L’exemple de Villenave d’Ornon montre comment certaines communes n’arrivent plus à suivre face à ce rythme effréné de constructions de logements. La ville a en effet décidé cette année de geler les permis de construire, car elle n’obtient pas assez d’équipements, notamment d’écoles, en contrepartie.

>> A lire aussi : Bordeaux: Villenave d'Ornon entre en résistance et ne délivre plus de permis de construire

La métropole doit aussi faire face à un déficit d’équipements sportifs, notamment de piscines. Plusieurs salles sont prévues dans les futurs quartiers de la métropole.

De nouveaux types d’habitats

La maison individuelle aura toujours sa place dans la métropole. « Mais il faut la réinventer », estime Pierre Vital, l’un des deux associés du groupe Ideal, promoteur immobilier qui se distingue par des opérations répondant aux contraintes urbanistisques de la métropole. Le groupe Ideal mise particulièrement sur les espaces évolutifs.

>> A lire aussi : Bordeaux Métropole: «La maison individuelle a toujours sa place, mais il faut la réinterpréter»

Le projet d'échoppes du XXIème siècle, dan sle futur quartier Brazza, à Bordeaux
Le projet d'échoppes du XXIème siècle, dan sle futur quartier Brazza, à Bordeaux - Y.TOHME ARCHITECTS&ASSOCIES

Les architectes-urbanistes sont globalement invités à penser de nouvelles façons d’habiter. Le futur quartier Brazza à Bordeaux pourrait faire figure de terrain d’expérimentation. Situé au débouché du pont Chaban-Delmas, face à la Cité du vin, le quartier Brazza est constitué de 53 hectares de friches industrielles dormantes.

>> A lire aussi : Bordeaux Brazza : De l'artisanat, des logements sur pilotis et un pôle sportif sur la rive droite

Le projet sera livré progressivement d’ici cinq à dix ans et accueillera à terme 8.000 habitants. Une auberge de jeunesse d’un nouveau genre y prendra place, ainsi que des volumes « capables », c’est-à-dire vendus inachevés et à aménager seront proposés à des prix accessibles (entre 2.100 et 2.400 euros le mètre carré).

L’enjeu de la dépollution des friches industrielles

>> A lire aussi : Bordeaux: Une école provisoire installée dans un square des Bassins à flot, pour cause de terrain pollué

C’est un des enjeux majeurs pour la métropole afin de trouver du foncier. « Mais ce sont souvent des opérations délicates, explique Jean-Pierre Maillot, de l’agence TER Bis, car il faut déjà identifier le propriétaire, ainsi que la nature de la pollution qui n’est pas forcément homogène sur le site. Et, selon qu’il s’agisse d’un projet de parking ou d’école, le niveau de dépollution ne sera pas le même. Et les coûts non plus. »


Le colloque « Le million d’habitants, à quel prix ? » se tiendra jeudi 30 mars à l’amphithéâtre Duguit (pôle juridique et judiciaire, 35 place Pey-Berland) de 8h30 à 18h. L’Ajuca est une association d’étudiants créée en 1995 et qui organise régulièrement des conférences, ainsi qu’un colloque annuel sur un thème d’actualité. Plusieurs sujets seront abordés durant cette journée, comme la recherche de foncier, le type d’habitats à proposer pour loger les nouveaux habitants… Avocats, urbanistes, promoteurs… se succéderont au fil de la journée.