Bayonne: Des lames de cutter envoyées par courrier à des personnalités de la tauromachie

FAITS DIVERS Une quinzaine de lettres piégées a été envoyée à des personnalités de la tauromachie d'Arles, Nîmes, Alès, Lunel, Béziers, Vic-Fezensac, Bayonne, Mont-de-Marsan et Bordeaux...

E.P. avec AFP

— 

Des personnalités de la tauromachie ont reçu des lettres piégées.

Des personnalités de la tauromachie ont reçu des lettres piégées. — ALBERTO SIMON / AFP

Le monde de la tauromachie est sous le choc. Une quinzaine de lettres contenant des lames de cutter a été adressée à des personnalités taurines d'Arles, Nîmes, Alès, Lunel, Béziers, Vic-Fezensac, Bayonne, Mont-de-Marsan et Bordeaux. Parmi elles Simon Casas, qui gère notamment les arènes de Madrid, Nîmes et Mont-de-Marsan, et le torero arlésien Juan Bautista, a annoncé lundi l'Observatoire national des cultures taurines (ONCT).

>> A lire aussi : Gard: Les anti-corridas annoncent une nouvelle action imminente

« Ces lettres piégées visent des personnalités du monde taurin. Le trésorier de l'ONCT à Arles a ouvert une de ces lettres qui a entaillé profondément un de ses doigts, » a indiqué le président de l'ONCT, André Viard, qui a précisé avoir lui-même reçu « deux lettres ». « Il s'agit d'une violence aveugle qui peut blesser n'importe qui », a-t-il ajouté condamnant ce « lâche attentat ». « On ne peut pas imaginer » que ces actes sont « le fait des associations anti-taurines 'classiques', si c'est le cas, il faudrait qu'elles dénoncent elles-mêmes ces pratiques », a-t-il estimé.

Une plainte déposée 

Julien Lescarret, ancien matador, qui tient deux boucheries Viandas de Salamanca à Bayonne et à Bordeaux a indiqué « avoir reçu trois lettres piégées, deux à Bordeaux et une à Bayonne entre samedi et lundi ». « L'écriture n'est pas la même sur les enveloppes, mais nous pensons qu'il s'agit d'un groupe venant du Sud-Est de la France, car la lettre piégée adressée à l'ONCT à Arles a été déposée à la conciergerie, elle n'a pas été postée », a-t-il spécifié tout en indiquant qu'il allait déposer plainte auprès du procureur de la République à Bayonne.

Me Ludovic Para (barreau de Nîmes), avocat de Simon Casas, a déposé lundi une plainte contre X... auprès du procureur de la République de Nîmes au nom de la société Simon Casas Production. Une plainte pour « violences volontaires avec préméditation ou avec guet-apens, avec menace ou usage d'une arme » et « actes de terrorisme ». « En l'espèce, indique-t-il dans son courrier au procureur,  « la simultanéité de l'envoi des courriers piégés à de nombreux responsables (...) de la tauromachie caractérise la volonté d'intimider, par la violence, le monde taurin dans son entier ».

>> A lire aussi : La corrida radiée du patrimoine immatériel de la France: Mais au fait, qu'est-ce que ça change?

Selon lui, Jean-Paul Maragnon, trésorier de l'ONCT, Julien Lescarret, Juan Bautista, Richard Milian, ancien matador, Jean-Luc Jalabert, éleveur de taureaux, Ysabelle Castor, membre de la commission taurine de la ville d'Alès, Marco Léal, banderillero, la Direction des arènes d'Arles, Nîmes, Béziers et Mont-de-Marsan ont reçu des lettres piégées et vont ou ont déposé plainte, une seule personne ayant été blessée.

Depuis des années, les militants anti-corrida s'efforcent, parfois par des moyens de plus en plus radicaux, comme la tentative d'incendie de l'arène de Rion-des-Landes le 17 novembre 2013, d'obtenir l'interdiction des corridas en France, légales dans les régions de tradition tauromachique du Sud-Est et du Sud-Ouest.