Illustration d'un covoiturage entre trois personnes.
Illustration d'un covoiturage entre trois personnes. - A. GELEBART / 20 MINUTES

A partir du lundi 23 janvier, Bordeaux-Métropole expérimente le covoiturage sur la voie de bus de l’avenue Marcel-Dassault à Mérignac, longue de 1,2 km. « Dans un premier temps nous avons eu un problème d’autorisation, mais nous avons obtenu un arrêté ministériel nous autorisant à mener cette expérimentation » explique à 20 Minutes Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports.

>> A lire aussi : Pour se rendre au travail, la voiture est toujours privilégiée, mais le vélo progresse à Bordeaux

Toutes les voitures circulant avec au moins deux personnes adultes à bord seront donc autorisées à emprunter le couloir de bus dans les deux sens. Les contrevenants risquent toujours une amende de 130 euros et deux points de retrait sur le permis, précise Christophe Duprat.

« Avec un bus toutes les trente minutes, cette voie est sous-utilisée »

« Nous avons décidé de mener ce test car c’est une voie sous-utilisée, où il ne passe qu’un bus toutes les trente minutes. Nous allons réfléchir à mettre en place un macaron ce qui faciliterait les contrôles, mais il ne sera pas non plus obligatoire pour y circuler. » Un dispositif de signalisation matérialisera cette possibilité : il sera implanté à l’entrée de chaque voie réservée aux autobus, entre l’avenue Edouard-Faure et le chemin du Phare.

>> A lire aussi : La fermeture du pont de pierre aux voitures réjouit les cyclistes mais pas les écolos

Les entreprises du secteur seront particulièrement impliquées dans ce projet, via le Plan de Déplacement Inter Entreprises (PDIE), bâti avec Bordeaux Métropole et l’application « Boogi », retenue pour faciliter la mise en relation des salariés concernés.

Une expérimentation étendue par la suite ?

La durée de l’expérimentation n’est pas encore arrêtée. « Mais dès que nous aurons un retour après analyse des contrôles effectués, nous verrons s’il est pertinent de poursuivre ou pas. » D’autres voies de bus pourraient être concernées par la suite, « mais pas celles où passent des bus toutes les trois minutes. Le but n’est pas de gêner la circulation des transports en commun, sinon cela n’a aucun sens. »

Mots-clés :