Bordeaux: La billettique fait sa révolution sur le réseau TBM

TRANSPORTS Keolis Bordeaux déploie de nouveaux valideurs cette semaine, qui précèdent l'arrivée de nouveaux titres de transport d'ici au mois de mai...

Mickaël Bosredon

— 

Hervé Lefèvre, Directeur général de Keolis Bordeaux, avec les nouveaux titres de transport du réseau TBM

Hervé Lefèvre, Directeur général de Keolis Bordeaux, avec les nouveaux titres de transport du réseau TBM — M.Bosredon/20Minutes

Ah le fameux « « Tickarte » » qui reste bloqué dans le valideur… Ou la carte magnétique que l’on doit passer dix fois avant qu’elle fonctionne. Tout cela appartiendra bientôt au passé. Keolis Bordeaux déploie cette semaine dans l’ensemble du réseau TBM de Bordeaux Métropole, c’est-à-dire une centaine de rames de tramways et 500 bus, 3.500 nouveaux valideurs en remplacement des bornes jaunes actuelles, devenues obsolètes.

Les nouveaux valideurs du réseau TBM à Bordeaux
Les nouveaux valideurs du réseau TBM à Bordeaux - M.Bosredon/20Minutes

 

>> A lire aussi : On a testé la nouvelle ligne C du tramway jusqu'à Blanquefort

« Il faudra ensuite changer les cartes auprès de nos 190.000 abonnés puis remplacer les « Tickartes » par ces nouveaux supports plastiques sans contact », explique Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports. Les « Tickartes » seront toujours proposés à l’unité ou pour dix voyages, mais, nouveauté, ils seront rechargeables dix fois avec les nouvelles cartes.

Voici la nouvelle carte du réseau TBM qui sera déployée d'ici à fin mai
Voici la nouvelle carte du réseau TBM qui sera déployée d'ici à fin mai - M.Bosredon/20Minutes

De nouveaux distributeurs sur le domaine public

L’ensemble de la nouvelle billettique se déploiera d’ici la fin du mois de mai. Car parallèlement il faut aussi modifier tous les distributeurs. « Il y a 200 distributeurs aux stations de tram, mais aussi 160 terminaux chez les dépositaires qui devront être modifiés. Nous allons aussi installer de nouveaux distributeurs dans le domaine public, je pense aux grands pôles d’échanges comme Gambetta ou l’aéroport », poursuit Christophe Duprat.

Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports, devant un des nouveaux valideurs du réseau TBM
Christophe Duprat, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports, devant un des nouveaux valideurs du réseau TBM - M.Bosredon/20Minutes

Si tout cela ne sera « opérationnel de manière efficace qu’au 31 mai », TBM invite toutefois les abonnés « à utiliser dès à présent les nouveaux valideurs ». En effet, ceux-ci peuvent aussi lire les cartes actuelles des abonnés. Les anciens valideurs jaunes resteront en place jusqu’à la fin du mois de juin avant d’être retirés du réseau.

Diviser le temps de validation par quatre

L’ambition pour Keolis est double : gagner du temps et bénéficier des retours d’un système plus efficace. « Le temps de validation doit être divisé par quatre, explique Hervé Lefevre, directeur général de Keolis Bordeaux, on va donc diminuer les situations d’engorgement dans les sas de validation. »

« Ce sera aussi un outil plus puissant au niveau du calcul, qui nous permettra de savoir où les gens montent, alors que jusqu’à présent nous devions procéder par enquête. On va avoir des données statistiques efficaces, dans le but d’être plus pertinent sur les adaptations du réseau. »

Possibilité par la suite de valider avec son téléphone

Enfin, la nouvelle billettique est censée faire « diminuer cette fraude de bonne foi, quand certaines personnes expliquent que c’est le valideur qui ne fonctionnait pas, car les outils seront beaucoup plus fiables. »

>> A lire aussi : Du nouveau dans les trams et bus bordelais pour que les fraudeurs « n’aient plus d’excuses »

« Nous déploierons ensuite, sans doute début 2018, la possibilité de payer avec sa carte bleue, et on pourra recharger sa « Tickarte » dans les distributeurs du Crédit Mutuel, de façon à faciliter la vie de nos usagers », avance Christophe Duprat. Il sera aussi possible de payer, et même de valider, avec son smartphone.

Le budget global de cette opération est de 13,5 millions d’euros.