Illustration de l'université de Bordeaux.
Illustration de l'université de Bordeaux. - E. Provenzano / 20 Minutes

Le premier campus à bénéficier des « Initiatives d’excellence » (Idex) sera l’université de Bordeaux. Elle a signé, vendredi, avec le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, une dotation définitive de 700 millions d’euros. Le label Idex vise à créer des « super-universités », dans le cadre des investissements d’avenir.

Rivaliser avec les meilleures universités du monde

Les Idex sont une des actions phares du programme d’investissements d’avenir, qui prévoit au total 22 milliards d’euros pour l’enseignement supérieur et la recherche. Elles visent à doter la France de cinq à dix pôles d’enseignement et de recherches pluridisciplinaires via regroupements et synergies, des « super-universités », capables de rivaliser avec les meilleures universités du monde.

>> A lire aussi : Comment l'université de Strasbourg a gagné 750 millions d'euros en toute discrétion (ou presque)

Ces Idex engagent outre les universités elles-mêmes, des partenaires institutionnels, des organismes de recherche, le monde de l’entreprise. Dans le cas du projet retenu à Bordeaux, l’Idex associe sept établissements fondateurs : l’université de Bordeaux, l’Institut Polytechnique d’Aquitaine, Sciences-Po Bordeaux, le CNRS, l’Inserm, Bordeaux Sciences Agro, et l’université de Bordeaux-Montaigne.

Après Bordeaux, au tour de Strasbourg et d’Aix

Après un premier appel à projet en 2011, trois universités ont été retenues à titre définitif, a rappelé Thierry Mandon : Bordeaux, première à recevoir sa dotation vendredi, Strasbourg et Aix-Marseille (750 millions d’euros chacune). D’autres sont reparties pour une période probatoire, tandis qu’une deuxième vague d’appel à projet était lancée en 2014 et que plusieurs universités recevaient des « dotations de lancement ».

Mots-clés :