Le lampadaire de demain sera solaire. Et connecté. La région Nouvelle Aquitaine vient de débloquer 1,3 million d’euros pour le projet Nanogrid porté par l’entreprise Sunna Design de Blanquefort, avec Atos Intégration (Talence) et Epsilon Ingénierie (Pessac). Projet qui devrait déboucher sur l’embauche d’une soixantaine de personnes.

 

>> A lire aussi : Une nouvelle application très pratique met tout Bordeaux dans votre poche

Depuis cinq ans, Sunna Design développe en partenariat avec Epsilon Ingénierie et Atos Intégration une technologie de lampadaire basée sur un apport énergétique solaire, un éclairage basse consommation de type LED, et un stockage de l’énergie sous forme de batteries.

7.000 lampadaires dans une vingtaine de pays

« Nous avons mis au point avec le CEA et l’entreprise Saft une batterie qui résiste à la chaleur et qui fonctionne pendant au moins dix ans, explique Laura Pargade de Sunna Design. Nous avons déployé quelque 7.000 lampadaires dans une vingtaine de pays, principalement en Afrique. »

Eclairage public dans un village du Sénégal
Eclairage public dans un village du Sénégal - Sunna Design

En Nouvelle Aquitaine, elle a décroché des marchés à Saint-Jean-Pied-de-Port pour l’éclairage du chemin de Compostelle, à Blanquefort pour celui d’un nouveau site, La Vacherie, ou encore à Anglet.

>> A lire aussi : La Vacherie, une ferme urbaine aux portes de Bordeaux

Un lampadaire qui pourra aussi éclairer l’intérieur d’une maison

Afin d’adapter cette technologie aux besoins et spécificités locales, il s’agit désormais de développer une version connectée du lampadaire solaire pour l’intégrer à la fois aux réseaux de communication et aux réseaux de fourniture d’énergie.

Eclairage solaire dans un village du Sénégal
Eclairage solaire dans un village du Sénégal - Sunna Design

 

>> A lire aussi : Bordeaux: Un plan pour la rénovation de l'habitat et la modernisation de l'éclairage

« Le lampadaire connecté préfigure la ville intelligente de demain, en permettant une gestion à distance de plusieurs lampadaires, ou encore d’éclairer l’intérieur de maisons qui se trouvent à proximité, en réutilisant l’énergie stockée. » Une box installée entre un lampadaire et la maison permet ainsi d’alimenter quatre lampes et de recharger les ports USB.

Un prépaiement par téléphone portable

« Nous avons testé cette nouvelle technologie dans un village du Sénégal, et nous venons de signer une convention avec l’Agence sénégalaise pour l’électrification pour équiper 300 villages. »

Les lampadaires solaires permettent notamment d'équiper des villages au Sénégal
Les lampadaires solaires permettent notamment d'équiper des villages au Sénégal - Sunna Design

Le système est de plus enrichi « d’une couche de digital » permettant un prépaiement des factures d’électricité avec son téléphone portable. « Pour les investisseurs, cela résout les problèmes d’impayés, et pour le client, cela assure de disposer d’une énergie de qualité et moins coûteuse que les piles ou la bougie. Tout le monde y trouve son compte. »

Sunna Design est en phase d’attente d’une nouvelle levée de fonds de dix millions d’euros, « qui devrait nous permettre de franchir une nouvelle étape. »