carte des retombées médiatiques mondiales du classement de Bordeaux comme ville la plus attractive par le Lonely Planet
carte des retombées médiatiques mondiales du classement de Bordeaux comme ville la plus attractive par le Lonely Planet - Office de tourisme

L’office de tourisme de Bordeaux peut se frotter les mains. Il a comptabilisé près de 1.000 retombées presse mondiales en 24h, après l’élection, par le guide Lonely Planet, de la ville comme la plus « attractive » au monde pour 2017.

>> A lire aussi : Bordeaux: La ville élue la plus « tendance » au monde selon le Lonely Planet

« C’est du même ordre que les retombées que nous avions eues quand Bordeaux avait été élue Best European Destination il y a deux ans, commente pour 20 Minutes Nicolas Martin, directeur de l’Office de tourisme. Mais la différence cette fois-ci c’est que nous ne nous y attendions pas du tout. On a été prévenu deux heures avant la publication du communiqué. »

Voilà qui va en tout cas conforter Bordeaux dans son rayonnement international. « Si l’on enlève Paris, Bordeaux est en ce moment la ville française dont on parle le plus et qui attire le plus les regards. On le mesure dans la hausse continue de la fréquentation touristique. »

La Cité du Vin va bientôt passer les 200.000 visiteurs

Et après l’inauguration de la Cité du Vin cette année, qui va bientôt passer la barre des 200.000 visiteurs, ce qui en fait déjà le lieu culturel le plus visité de Bordeaux, la métropole va pouvoir se servir d’une nouvelle locomotive en 2017: l’inauguration de la ligne à grande vitesse, qui metta Bordeaux à 2h05 de Paris.

Cette ligne vient s’ajouter aux nouvelles créations de liaisons aériennes low-cost. « Easy Jet a inauguré cette année un Berlin-Bordeaux, et on en a vu les conséquences directes avec une hausse notable des visiteurs allemands », se félicite l’office de tourisme.

Bornes tactiles à la Cité du Vin
Bornes tactiles à la Cité du Vin - M.Bosredon/20Minutes

 

De nouvelles dessertes qui concourent à attirer encore plus les « city-breakers », ces jeunes urbains qui viennent pour deux ou trois jours. « C’est une des catégories qui progresse le plus depuis deux-trois ans, analyse Nicolas Martin. Et cette population, qui se déplace essentiellement à pied, à vélo ou en tram, ne reste pas dans les circuits traditionnels, elle cherche l’innovation. »

Les « city-breakers » veulent sortir des sentiers battus

Ainsi, l’office de tourisme s’aperçoit que les visiteurs sortent de plus en plus des sentiers battus. « On n’est plus dans le prisme vin et architecture, ces touristes-là viennent voir Darwin sur la rive droite, partent sur les traces du street art, ce dont a bénéficé l’Institut Bernard Magrez qui a battu cette année son record de fréquentation, poussent jusqu’à Bègles pour visiter le musée de la création franche, qui est un musée extraordinaire. »

Street Art aux Bassins à Flot à Bordeaux
Street Art aux Bassins à Flot à Bordeaux - M.Bosredon/20Minutes

 

Pour Nicolas Martin, d’autres points d’intérêts sur l’agglomération méritent le détour : la vallée de l’Eau Bourde à Gradignan, le château Lescombes à Eysines et ses expos d’art contemporain, le Rocher de Palmer à Cenon… « Mais il y a un incontournable que personne ne rate, c’est la promenade sur les quais entre le Miroir d’Eau et le pont Chaban. C’est notre Central Park à nous ! »

Mots-clés :