Pessac, 8 janvier 2014. - Inauguration d'u nnouveau batiment de stockage de la monnaie sur le site de la Monnaie de Paris de Pessac. - Photo : Sebastien Ortola
Pessac, 8 janvier 2014. - Inauguration d'u nnouveau batiment de stockage de la monnaie sur le site de la Monnaie de Paris de Pessac. - Photo : Sebastien Ortola - SEBASTIEN ORTOLA

Le personnel gréviste de l’usine de la Monnaie de Paris, à Pessac, a décidé ce jeudi de reprendre le travail dès vendredi, au terme de neuf jours de grève, après la réintégration d’un salarié dont le licenciement avait déclenché le conflit.

L’usine pessacaise, l’un des deux sites (avec Paris) de la Monnaie à frapper des euros pour la France et d’autres devises étrangères, tournait au ralenti depuis le mardi 11 octobre. La cause de la mobilisation des grévistes ? Le licenciement d’un de leurs collègues à son retour d’un congé sabbatique de 11 mois, jugé « illégal ».

>> A lire aussi : Pessac: L'usine de la Monnaie «paralysée» par une grève après un licenciement

La direction avait indiqué il y a dix jours que le profil du salarié « n’était plus adapté au développement du site » de Pessac, et qu’il avait été « absent cinq ans (dont quatre en congés sans solde) » sur huit ans de contrat, occupant durant cette période des fonctions à la BCE et à la Banque centrale des Pays-Bas.

Un nouveau poste proposé au salarié

Il a été reçu par la direction jeudi pour un entretien qui a exploré plusieurs « propositions », dont la nullité de son licenciement, a indiqué à Laurent Delage, délégué CGT, majoritaire dans l’entreprise publique. L’homme devait en fin de journée recevoir une lettre de confirmation pour un poste « plus conforme à ses compétences ». Après avoir gagné ce bras de fer, le personnel gréviste a dans la foulée voté la reprise du travail.

>> A lire aussi : L'usine de la Monnaie de Paris à Pessac va fabriquer les nouvelles pièces de l'Arabie Saoudite

Les grévistes de Pessac avaient été rejoints dans leur mouvement pour 24 heures mercredi par les salariés du site de Paris, avec une production également au ralenti, et un rassemblement de grévistes devant le site parisien.

Mots-clés :