Meurtre d'Alexandre Junca: Claude Ducos, condamné pour atteinte au cadavre, est le seul à faire appel

JUSTICE Le septuagénaire est le seul des quatre condamnés par la Cour d'Assises de Pau à faire appel...

E.P. avec AFP

— 

Claude Ducos a été condamné à 3 ans de prison lors du procès qui a eu lieu aux Assises de Pau. / AFP PHOTO / IROZ GAIZKA

Claude Ducos a été condamné à 3 ans de prison lors du procès qui a eu lieu aux Assises de Pau. / AFP PHOTO / IROZ GAIZKA — AFP

Les quatre condamnés avaient 10 jours pour faire appel, après le procès qui s'est terminé le 16 juin devant la cour d'Assises de Pau. Claude Ducos, septuagénaire condamné pour avoir porté atteinte au cadavre d'Alexandre Junca, collégien tué et démembré en 2011 à Pau, est le seul des quatre à faire appel, ce dont s'est abstenu l'accusé principal condamné à perpétuité pour le meurtre de l'adolescent.

>> A lire aussi : Procès du meurtre d'Alexandre Junca: Le principal accusé, condamné à la perpétuité, ne fait pas appel

« Je relève appel dans l'intérêt de Claude Ducos contre l'arrêt pénal rendu par la Cour d'assises », a indiqué à maître Lorea Chipy, conseil de Claude Ducos. Pendant le procès, le septuagénaire a nié toute complicité. 

Rejugé par une autre Cour d'Assises

Claude Ducos, 76 ans, devra donc être rejugé par une autre Cour d'Assises, désignée par le premier président de le Cour d'appel de Pau, devant laquelle les autres condamnés seront vraisemblablement entendus à titre de témoins.

>> A lire aussi : Procès du meurtre d'Alexandre Junca: Le principal accusé avoue qu'il n'est pas mort sur le coup

L'avocate du principal accusé, Mickaël Baehrel, un marginal de 30 ans condamné à la perpétuité pour les coups de marteau mortels portés à Alexandre Junca, a pour sa part assuré que son client ne formait pas appel. Il estime que « la famille d'Alexandre a assez souffert », a déclaré Maître Carine Magne.

Meaître Emmanuèle Legrand-Bogdan, avocate de Christophe Camy, un marginal de 28 ans suivi en psychiatrie, qui a été condamné à 15 ans de réclusion pour « vol avec violences ayant entraîné la mort », a elle aussi indiqué que son client ne formait pas appel. Selon elle, « il ne veut pas revivre ni faire revivre à la famille d'Alexandre un nouveau procès d'Assises ».

>> A lire aussi : Procès du meurtre d'Alexandre Junca: Le principal accusé reconnaît les coups mais ne les explique pas

La quatrième accusée, Fatima Ennajah, condamnée à trois ans de prison pour «recel de cadavre» et « non-dénonciation de crime » ne fera pas appel non plus, a indiqué son conseil, Maître Véronique Rolfo.

Claude Ducos avait été condamné pour non dénonciation de crime, modification de scène de crime, recel de cadavre et atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Incarcéré à Pau, il devait présenter cette semaine une demande de remise en liberté, selon son avocate.

Accusé de démembrement

A l'issue du procès éprouvant, souvent sordide, où Mickaël Baehrel a reconnu sa culpabilité, des zones d'ombre demeurent sur le sort exact du corps d'Alexandre, 13 ans, qui avait retrouvé des semaines après sa disparition: d'abord un fémur fin juin, puis d'autres restes en octobre en bordure de la rivière traversant Pau.

Selon Baehrel, c'est Claude Ducos, qui occasionnellement lui donnait de l'argent en échange de fellations, qui était venu chercher le corps le lendemain du meurtre pour le charger dans le coffre de sa voiture. Le septuagénaire, chasseur chevronné, est accusé ensuite d'avoir démembré le cadavre pour le faire disparaître, ce qu'il a nié farouchement tout au long du dossier.

Mots-clés :