Aquitaine: Des idées pour désengorger les plages et les routes

TOURISME Bordeaux Métropole et le GIP Littoral vont recueillir des données sur la fréquentation des plages cet été, afin de mettre au point de meilleurs outils d'information sur le trafic vers le littoral...

Elsa Provenzano

— 

Illustration de la plage de Lacanau Océan.

Illustration de la plage de Lacanau Océan. — COUTIER BRUNO/SIPA

L’idée (ambitieuse) est d’anticiper les flux de personnes partant se faire bronzer sur le littoral pour mieux les répartir sur les plages de la région et éviter la formation des bouchons sur les routes. Le groupement d’intérêt public (GIP) du littoral Aquitain vient de lancer une consultation pour sélectionner un prestataire qui va mesurer la fréquentation des plages cet été. Les données recueillies doivent permettre d’élaborer un modèle de prévision des flux et alimenter des applications mobiles et panneaux d’informations à venir.

>> A lire aussi : Les autorités travaillent à fluidifier le trafic routier vers les plages, en été

Conscients des embouteillages qui rallongent considérablement les temps de trajets et découragent même certains de se rendre sur le littoral, le GIP et Bordeaux Métropole ont mené conjointement une enquête, interrogeant 1.800 personnes, entre le 2 novembre et 31 janvier 2016, pour mieux comprendre leurs comportements de plagistes. Leur objectif est de « concilier fréquentation et préservation de l’environnement, sécurité des personnes, amélioration du niveau de service et de confort ».

Des plages surchargées et d’autres ignorées 

Les plages du Grand Crohot à Lège Cap-Ferret et du Gressier au Porge attirent plus d’un million de visiteurs entre avril et octobre. Le Porge est le lieu préféré de baignade pour les habitants de la Métropole suivent Lacanau et Lège Cap-Ferret. Le GIP note que beaucoup de secteurs, pourtant aménagés pour recevoir du public ne sont pas connus des Métropolitains. « Ainsi 78 % se sont déjà rendus au moins une fois sur la plage du Porge, alors qu’ils sont moins de 30 % à s’être rendus sur les plages de la Teste ou du Lion à Lacanau, qui sont pourtant à la même distance de Bordeaux », note le GIP dans son rapport. A partir de ce constat, la structure envisage d’inciter à une meilleure répartition des flux à l’échelle du littoral girondin et nord landais.

94 % des déplacements se font en voiture 

Le mode de déplacement privilégié pour se rendre à la plage c’est bien sûr la voiture, qui capte 94 % des déplacements mais l’enquête montre aussi que 52 % des personnes interrogées se disent prêtes à changer de comportement. On observe qu’à Lacanau, une des communes les mieux desservies par le réseau de bus Transgironde du département, la part des personnes qui prennent le bus (5,2 %) est supérieure à la moyenne.

>> A lire aussi : Un seul mois de surveillance des plages sera assuré par l’État cet été

En tête des idées proposées par les personnes interrogées (16,7 % le suggère), on trouve l’augmentation du nombre de bus sur les lignes existantes. 10,8 % souhaitent également des tarifs plus attractifs pour ces transports en commun et 10,8 % proposent d’élargir les voies de circulation existantes. Enfin, plus de 13 % mettent l’accent sur le besoin d’une meilleure information (temps de trajets, offres de transports en commun, disponibilité des parkings, conditions marines etc.)

Des marges de manœuvre existent puisque les deux tiers de la fréquentation métropolitaine se concentrent sur les plages de trois communes.