Des abris pour accueillir les chauves-souris, dans le Parc de la Maourine, Toulouse, afin de lutter contre la chenille processionnaire du pin.
Des abris pour accueillir les chauves-souris, dans le Parc de la Maourine, Toulouse, afin de lutter contre la chenille processionnaire du pin. - F. SCHEIBER / 20 MINUTES

A Marmande, la Ville reçoit beaucoup de plaintes relatives à la prolifération des moustiques-tigres. Elle va installer en partenariat avec les habitants une centaine d’abris à chauves-souris puisque le chiroptère peut avaler près de 4.000 moustiques-tigres par jour, rapporte Sud-Ouest. Les abris sont en construction par les services techniques de la Ville, depuis un mois. Des refuges similaires avaient été construits à Toulouse, en 2009, pour lutter notamment contre la chenille processionnaire du pin.

Des traitements chimiques inefficaces

« Nous misons sur un plan de développement durable impliquant le moins de nuisances possible pour les habitants, indique le maire Daniel Benquet dans les colonnes de Sud-Ouest. Des choses très classiques, comme des supports de communication complets, une vidéo, des contacts avec les entreprises pour éviter la stagnation d’eau aux abords de leur site, l’embauche de services civiques pour sensibiliser la population, etc. Et puis nous innovons avec ce projet d’installation d’une centaine d’abris à chauve-souris. »

L’efficacité des chauves-souris en la matière reste encore à prouver. La municipalité met en avant le fait qu’elles sortent lorsque la nuit commence à tomber et qu’il s’agit également du moment où les moustiques tigres sont les plus virulents. Ce pourrait être une alternative aux traitements chimiques qu’elle appliquait deux fois par an et qui ne sont efficaces que 5 jours après leur application, à l’heure où la dangerosité de l’exposition aux pesticides fait débat.

 

Mots-clés :