Les joueurs de Trélissac éliminés par l'OM en 8e de finale de Coupe de France au stade Chaban-Delmas de Bordeaux, le 11 février 2016.
Les joueurs de Trélissac éliminés par l'OM en 8e de finale de Coupe de France au stade Chaban-Delmas de Bordeaux, le 11 février 2016. - N. Tucat / AFP

« On pensait que la délocalisation à Bordeaux allait gâcher la fête mais beaucoup de gens sont venus de la Dordogne. » Jimmy Burghot, l’infatigable latéral droit de Trélissac était plutôt satisfait malgré l’élimination face à l’OM (0-2) en 8e de finale de la Coupe de France. Pour cette belle affiche, le club de CFA a fait mieux que son voisin des Girondins. 16.600 spectateurs étaient présents à Chaban, alors que la veille, les Girondins ont attiré moins de 9.000 personnes face à Nantes (3-4).

>> A lire aussi: Girondins: Sagnol évoque la bagarre entre Prior et Sané

« C’était assez extraordinaire pour nous, surtout que beaucoup de personne de la Dordogne se sont déplacées », insiste Nicolas Cavaniol, un des attaquants du TFC. « C’était une belle fête, ça change de jouer dans un tel stade », sourit encore Eymeric Rucart, le gardien de but.

Beaucoup d'occasions loupées

Poussés par ce public, les joueurs de Trélissac ont crânement joué leur chance, mettant sérieusement en difficulté l’OM, obligeant le gardien, Steve Mandana, à deux arrêts de grande classe. Le capitaine marseillais a même vu un tir adverse arriver sur le poteau.

« On n’a pas de regret sur ce match car l’équipe a tout donné, apprécie Cavaniol. On a pêché dans la finition, on a manqué d’efficacité devant, c’est ça qui nous fait mal dans ce match. » Il est vrai qu’avec toutes les situations que se sont procurées les joueurs amateurs, le scénario du match aurait pu basculer vers une fin plus favorable pour eux.

« Qu’est ce qu’on va faire après la Coupe ? »

Zivko Slijepčević, l’entraîneur bosnien du TFC, n’avait toujours pas évacué sa frustration au coup de sifflet final, persuadé, au fond de lui, qu’il y avait mieux à faire contre l’OM ce jeudi. « Le seul regret que je peux avoir ce sont les occasions que l’on a eu et que l’on n’a pas marqué »

Fiers du plus beau parcours de l’histoire de Trélissac en Coupe de France, les joueurs vont devoir retourner loin des projecteurs, en CFA, pour terminer la saison, où ils sont 5e à onze points du leader Concarneau, à treize journées de la fin. Vont-ils réussir à digérer leur fabuleux parcours ? Le coach s’est déjà posé la question: « Il y a quelques jours, j’ai demandé aux joueurs ‘qu’est ce qu’on va faire après la Coupe de France ?’ J’ai laissé le point d’interrogation, on va voir [sourires]. » Maintenant, il attend la réponse.

Mots-clés :