Les Nantais tout sourire le soir de leur qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France, le 10 février 2016 à Bordeaux.
Les Nantais tout sourire le soir de leur qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France, le 10 février 2016 à Bordeaux. - G. Gobet / AFP

L’ambiance est détendue au FC Nantes et tranche avec la tension qui monte de plus en plus en Gironde. Vainqueurs des Bordelais (4-3 a.p.) ce mercredi soir à Bordeaux, les Nantais ont le vent en poupe. Ils viennent d’enchaîner un quatorzième match sans défaite toutes compétitions confondues (huit nuls et six victoires, dont deux après prolongation).

>> Malgré les défaites, Sagnol ne tire pas la sonnette d'alarme aux Girondins

« En ce moment, on est bien, sourit Emiliano Sala, l’attaquant argentin, formé à Bordeaux. Moi, je peux recommencer à jouer plus donc tout va bien. » « En dehors de la montée, c’est ma plus belle victoire », insiste Birama Touré, le milieu de terrain du FCN. On l’a compris, les voyants sont au vert pour le groupe d’un Michel Der Zakarian tout décontracté malgré son manque de repères pour accéder à la salle de presse du Matmut Atlantique et pour en ressortir.

« Pas trop s’enflammer »

« Le principal, en Coupe, est d'être dans le panier pour le prochain tirage, estime le coach nantais. Cela fait 14 matches qu'on continue notre série, les joueurs ont envie que cela perdure, ils ne lâchent rien. » La belle série se poursuit donc pour les Canaris qui vont recevoir Lorient samedi avant de se déplacer à Bastia, deux adversaires à leur portée pour s’installer dans le premier tiers de la Ligue 1.

« Il ne faut pas trop s’enflammer non plus, tempère Léo Dubois, le jeune défenseur. C’était une belle victoire, elle prouve encore que le groupe est soudé. Les joueurs qui entrent sont décisifs ce soir [Bedoya a marqué le but de la victoire]. » Quand la dynamique est bonne, tout sourit.

Mots-clés :