Illustration d'une loutre d'Europe, une espèce protégée.
Illustration d'une loutre d'Europe, une espèce protégée. - ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Il n’y a pas que des ragondins, des pigeons et quelques sangliers aventureux dans la faune locale… Un atlas de la biodiversité qui vient d’être publié le prouve. L’ouvrage, baptisé « Espèces de Métropole », doit permettre de mieux connaître les espèces animales et végétales du territoire pour mieux les préserver, selon l’institution métropolitaine à l’origine de l’ouvrage.

La métropole quadrillée par des spécialistes

La Ligue de protection des oiseaux (LPO) Aquitaine, Eliomys, Apexe et Cistude Nature ont sillonné pendant 3 ans les territoires de la métropole pour réaliser un inventaire qualitatif des espèces. « La métropole a été quadrillée par secteur de 2 km sur 2 et on a essayé d’être homogène, de ne pas surprospecter certaines communes », explique Mathieu Sannier, chargé de mission en valorisation de la biodiversité au sein de la LPO Aquitaine. Les associations ont par exemple écouté des chants d’oiseaux et prospecté sur les terrains les plus favorables à telles ou telles espèces.

Des traces de loutre ont été relevées à Bruges et Bègles près des jalles et cours d’eau mais on ignore combien ont vraiment élu domicile sur la métropole. « Comme la population de loutres en Gironde est en bonne santé, il est possible qu’il y ait naturellement une expansion vers des territoires plus urbanisés », précise Mathieu Sannier.

Un papillon qui a quasiment disparu en France

Le fadet des laîches, un papillon qui n’existe quasiment plus en France a été observé dans le plateau landais, soit à l’ouest de la Métropole. « Il pond sur la molinie, une espèce végétale présente sur des surfaces importantes dans ce secteur », explique le chargé de mission.

Le fadet des lèches n’existe quasiment plus en France excepté sur le plateau Landais et il a été observé sur la Métropole. - Mathieu Sannier/LPO Aquitaine

Le renard, une espèce qualifiée de très opportuniste, a aussi été repéré. « Il s’adapte assez vite du moment qu’il trouve des cachettes et de quoi manger, ce qui est facile avec les déchets présents en ville », précise Mathieu Sannier.

Quelques faucons pèlerins, des oiseaux protégés, ont aussi été observés. Ils ont besoin de milieux rupestres, c’est pour cette raison qu’on le trouve plutôt dans des grottes en Dordogne. « Pour l’instant cette espèce explore le territoire sur des périodes courtes, mais on espère la voir nicher sur la métropole », explique le chargé de mission à la LPO.

Un faucon pèlerin, une espèce observée sur la métropole lors du recensement effectué par la LPO Aquitaine. - Daniel Godinou/LPO Aquitaine.

Actuellement, c’est surtout le faucon crécelle qui niche dans les 18 nichoirs (notamment sur la Flèche Saint Michel et le pont d’Aquitaine) installés par la LPO sur la métropole. Quelque 11 cavités sont aussi installées sur des sites industriels et urbains pour ces rapaces.

Plusieurs nichoirs ont été construits sur la métropole pour des faucons crécerelle. - Daniel Godinou/LPO Aquitaine

« En 14 ans, 508 jeunes crécelles ont pris leur envol. On suit uniquement les nichoirs et pas les autres couples présents sur le territoire », précise Mathieu Sannier. Des conseils pour les particuliers qui voudraient installer des nichoirs, pour des mésanges charbonnières par exemple, sont aussi à disposition dans le guide synthétique publié par la Métropole.

Un autre atlas, plus détaillé, et destiné aux communes, doit permettre à celles-ci de prendre en compte les enjeux liés à la biodiversité dans leurs aménagements.

Mots-clés :