Le navire de commerce Le " Modern Express " est en difficulté dans le golfe de Gascogne.
Le navire de commerce Le " Modern Express " est en difficulté dans le golfe de Gascogne. - ABEILLE BOURBON

Ce vendredi en fin de matinée, on a appris que le préfet maritime de l’Atlantique acceptait le plan d’action proposé par l’armateur du navire de commerce « Modern Express » en détresse dans le golfe de Gascogne depuis mardi. La société Smit Salvage, mandatée par l’armateur pour gérer cette crise, tentera cet après-midi de préparer le navire pour un remorquage, grâce à une équipe spécialisée de 4 personnes qui monteront à bord. Des moyens avaient déjà été envoyés sur place mais la situation ne leur avait pas encore permis d’intervenir.

La forte gîte et les mouvements du navire liés à la houle (les creux sont de 4 à 5 mètres), rendent l’intervention délicate. Plusieurs heures seront nécessaires avant que le navire soit prêt à être remorqué. Le remorquage pourrait alors débuter en fin de journée.

La gîte est stabilisée depuis plusieurs heures, indique la préfecture maritime d’Atlantique, et le navire ne présenterait pas d’entrée d’eau apparente. Il dérive avec une vitesse d’environ 1 nœud vers l’Est. Sa position est évaluée à environ 150 nautiques (environ 270 kilomètres) à l’Ouest de La Rochelle.

Sur place, on trouve l’Abeille Bourbon, le remorqueur affrété par la Marine Nationale, avec une équipe de « Smit Salvage » à son bord, la frégate de lutte anti-sous-marine Primauguet, avec un hélicoptère Lynx à son bord. La société « Smit Salvage » a engagé deux remorqueurs espagnols qui sont également sur zone. Un bâtiment de soutien, d’assistance et de dépollution (BSAD) Argonaute affrété par la Marine Nationale, avec des moyens de lutte antipollution spécialisés est aussi arrivé sur place ce matin.

Le Modern Express, un navire de construction assez récente (2001) naviguait du Gabon vers Le Havre, lorsqu'il a lancé mardi après-midi un appel de détresse, après avoir pris une forte gîte, pour une raison encore indéterminée, à 150 milles (280 km) de la pointe Nord-Ouest de l'Espagne, à la verticale de La Corogne.

Mots-clés :