Bordeaux, 19 mars 2012. - Rame de TER transport express regional en gare de Bordeaux Saint-Jean.- Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 19 mars 2012. - Rame de TER transport express regional en gare de Bordeaux Saint-Jean.- Photo : Sebastien Ortola - SEBASTIEN ORTOLA

Tous les abonnés TER d’Aquitaine se verront offrir une remise de 50 % sur le prix de leur abonnement du mois de mars 2016. Cette mesure vient d’être annoncée par la région Aquitaine (l’autorité organisatrice des transports régionaux), qui reversera aux abonnés une partie des pénalités qu’elle va infliger à la SNCF en raison des objectifs non atteints en 2015.

Le montant total de ces pénalités n’est pas encore connu, puisqu’il faut attendre, notamment, que le taux de régularité des TER en 2015 soit arrêté, ce qui sera fait dans quelques jours. « Mais nous savons déjà que l’année 2015 n’a pas été bonne, et que les objectifs fixés par la région n’ont pas été atteints » commente Christian Broucaret, président de la Fnaut, Fédération des associations d’usagers des transports.

Du jamais vu « depuis que les TER ont été transférés à la région »

Renaud Lagrave, nouveau vice-président du conseil régional en charge des infrastructures et des transports, à l’origine de cette mesure de dédommagement, s’inquiète particulièrement de la « dégradation du service ces trois derniers mois. »

« Nous sommes face à une situation inédite, assure-t-il, car depuis trois mois toutes les lignes d’Aquitaine sont frappées par des retards ou des annulations de trains. De mémoire d’élus et de techniciens, les dysfonctionnements n’ont jamais existé à cette échelle depuis que les TER ont été transférés aux conseils régionaux » en 2002.

Vers une offre réduite sur certaines lignes ?

Ainsi, depuis novembre, le taux de suppression des trains « approche les 7 % contre moins de 1 % en temps normal, le taux de régularité a chuté de 90 % à 87 %, et nous enregistrons une baisse de fréquentation de 2,7 %. Clairement, le service n’est pas rendu », s’agace Renaud Lagrave.

Il a ainsi demandé au directeur régional de la SNCF un « plan d’urgence » qui doit lui être remis « dans les prochains jours. » Selon Christian Broucaret, parmi les mesures proposées figurera « un plan de transport adapté » c’est-à-dire une offre réduite sur certaines lignes, mais consolidée. « Cela va dans le bon sens, poursuit le président de la Fnaut, nous préférons effectivement une offre réduite avec des trains robustes et capacitaires, que l’offre actuelle qui n’est de toute façon pas tenue par la SNCF. »

Sous-effectif de conducteurs et travaux sur le réseau

Parmi les causes expliquant cette dégradation du service depuis quelques mois, Christian Broucaret souligne « un sous-effectif de conducteurs dans la région, puisqu’il en manque une dizaine. » Renaud Lagrave met en avant les nombreux travaux menés dans la région, notamment autour de la gare Saint-Jean. « Ces travaux, nous les assumons, mais la SNCF doit mieux informer ses clients, qu’ils sachent à l’avance si leur train va partir ou pas. Au lieu de cela, on a droit à des annonces voyageurs de dernière minute complètement hallucinantes… »

Contactée, la SNCF s’est refusée à tout commentaire.

Mots-clés :