Le pont de Pierre. Illustration.
Le pont de Pierre. Illustration. - E.Provenzano / 20 Minutes

L'éventuelle interdiction à la circulation automobile du Pont de Pierre est débattue ce vendredi par les élus de Bordeaux Métropole. Cette mesure fait partie d'un plan global de déplacements, qui a pour objectif de fluidifier la circulation dans l'agglomération, et diminuer les bouchons. Mais qui entre en totale contradiction avec ce qu'avait annoncé la Métropole il y a un an.

Cette interdiction du pont de Pierre se ferait « au moins dans le sens rive droite-rive gauche » précise le document soumis aux élus. Cette mesure pourrait voir le jour dès l'été 2016. « Du fait des travaux importants que la Métropole sera amenée à réaliser d'ici à 2018 sur le pont de Pierre, des restrictions importantes à la circulation devront être mises en oeuvre, poursuit le document. Elles pourraient être l'occasion d'une réflexion globale sur une interdiction de la circulation (...) crédible au regard de la réserve de capacité du pont Saint-Jean, et de la faible part modale de la voiture sur le pont de Pierre (15% seulement en 2012, alors que 3.840 vélos y passent chaque jour.) »

Voie cyclable sur l'avenue Thiers

La voie ou les voies ainsi libérées seraient utilisées comme voie réservée au bus et aux vélos, ainsi que pour les taxis et les véhicules de secours. « En outre, la baisse de la circulation engendrée sur l'avenue Thiers devrait permettre d'envisager le report sur la chaussée des cyclistes. La circulation des vélos sur les trottoirs pose aujourd'hui des problèmes importants de cohabitation cyclistes-piétons. »

Le document soumis au vote propose tout un éventail de mesures pour les prochaines années. Avec comme point central la mise à deux fois trois voies de la rocade, qui devrait achevée d'ici à 2025. « Le projet d'augmentation de la capacité de la rocade ne peut-être un encouragement à utiliser sa voiture, souligne le rapport. Il participe au contraire de la stratégie mobilités de la métropole, en permettant le délestage des boulevards permettant d'y envisager à terme un transport à haut niveau de service. »

Un transport en commun sur la bande d'arrêt d'urgence de la rocade

Cette mise à deux fois trois voies doit aussi permettre « l'accueil de transports en commun sur la bande d'arrêt d'urgence. » Le préfet du département a d'ailleurs confirmé la poursuite des études visant à accueillir un bus sur la rocade entre les échangeurs 12 et 13, ce qui permettrait de relier la gare de Pessac Alouette et l'aéroport.

Un plan global de circulation sera mis en oeuvre sur trois échéances: court terme (fin 2017), moyen terme (2020) et long terme (2025). L'interdiction de circulation sur le pont de Pierre fait partie de la mesure principale à court terme. A moyen terme, il est envisagé de « poursuivre l'optimisation des 10 carrefours les plus congestionnés. » L'idée est de mettre en oeuvre de nouveaux aménagements, ou d'optimiser le système Gertrude sur les carrefours à feux.

Une zone réservée aux véhicules les moins polluants dans le centre-ville

D'ici à 2020, une zone à restriction de circulation (ZRC) sera également mise en oeuvre. Il s'agit de n'autoriser, en coeur d'agglomération, que la circulation des véhicules les moins polluants. Les zones à contrôle d'accès seront parallèlement étendues, ainsi que les zones limitées à 30 km/h, avec des « dispositifs physiques » permettant le respect de cette vitesse. Enfin, il sera « recherché » une plus grande piétonnisation de la place Gambetta.

Concernant les mesures de long terme, il est proposé de supprimer les 200 carrefours à feux « injustifiés. » « Il existe aujourd'hui plus de 930 carrefours à feux sur la métropole, contre seulement 330 à Nantes. Bordeaux est la grande agglomération la plus lotie » en la matière.Or, 21 des 23 carrefours les plus accidentogènes sont des carrefours à feux. « Il existe d'autres solutions mieux adaptées pour fluidifier la circulation  et apaiser les vitesses (giratoires, priorité à droite...)

Ce bouquet de mesures devra être mis en oeuvre dans un contexte de restriction budgétaire.

 

Mots-clés :