Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration)
Voiture de gendarmerie. Gendarmes. (Illustration) - Alexandre GELEBART/20MINUTES

Quatre plaintes ont déjà été déposées à la brigade de gendarmerie de Libourne depuis le début du mois de janvier. Un agresseur sexuel rôde depuis quelques semaines autour des collèges de la ville. C'est en déposant plainte après une agression qu'une jeune fille du collège Atget a appris qu'elle n'était pas la première à subir des attouchements.

L'homme, qui agit dans la pénombre, tôt le matin ou en début de soirée, attrape ses victimes par derrière pour toucher leurs parties intimes. Le visage caché par une cagoule, il a néanmoins été décrit comme plutôt jeune et de taille moyenne.

« Les établissements scolaires sont des cibles privilégiées pour les déséquilibrés »

Certains établissements de la ville ont pris les devants et ont rappelé aux parents quelques règles de sécurité. « Les établissements scolaires sont des lieux sensibles et des cibles privilégiées pour les personnes déséquilibrées. Nous rappelons aux parents de veiller à ce que les enfants ne cheminent pas seuls quand ils se rendent au collège et ne mettent pas d'écouteurs dans les oreilles » indique ainsi le collège Marguerite-Duras dans une note aux parents d'élèves. L'individu aurait aussi été repéré aux abords de cet établissement.

De son côté, la gendarmerie a ouvert une enquête et recherche activement ce jeune homme.

 

Mots-clés :