Gironde: Les autorités travaillent à fluidifier le trafic routier vers les plages, en été

TOURISME Une étude est menée pour recueillir l'avis des habitants de la Métropole Bordelaise...

Elsa Provenzano

— 

La plage de Lacanau est très prisée pendant la saison estivale.

La plage de Lacanau est très prisée pendant la saison estivale. — COUTIER BRUNO/SIPA

Les plages du littoral girondin sont victimes de leur succès. « Notre commune compte 4.000 habitants et certains jours, en été, la population passe à presque 100.000 », témoigne Jean-Philippe Brauge, adjoint Marchés et campings à la mairie de Lège Cap-Ferret. La station balnéaire du Porge, 2.600 habitants, accueille, elle, jusqu’à 30.000 personnes par jour pendant la saison estivale.

L’attractivité croissante du littoral girondin se paye sur les routes, très souvent saturées et sur les parkings, pris d’assaut. Une enquête vient d’être lancée pour tenter de trouver des solutions à ces problèmes.

76 % ont déjà renoncé à aller à la plage à cause des embouteillages

Les Girondins représentent 56 % des visiteurs des plages du département et parmi eux, la moitié habite la métropole. C’est la raison pour laquelle le groupement d’intérêt public (GIP) pour le littoral et la Métropole Bordelaise, associés sur ce sujet, viennent de lancer une enquête auprès des habitants de l’agglomération pour connaître leurs habitudes et trouver des solutions pour fluidifier le trafic routier vers les plages et améliorer l’aménagement du littoral.

Un millier de personnes ont déjà répondu au questionnaire. S’il ne s’agit pas d’un échantillon représentatif et que les données seront affinées au cours des prochains mois, le GIP pointe trois plages préférées par les Bordelais : le Porge, Lacanau et le Grand Crohot au Cap-Ferret. Et 76 % des personnes interrogées disent avoir déjà renoncé à se rendre à la plage à cause des embouteillages.

Des pistes d’amélioration

Des tests seront réalisés pendant l’été 2016 afin de proposer un outil permettant d’informer le public en temps réel sur la fréquentation des différentes stations balnéaires. Il est aussi envisagé d’informer les automobilistes sur le temps estimé pour s’y rendre.

« Si, à la sortie 8, on vous explique que le Porge est à 35 minutes de route tandis que Lacanau est à 1 h 20, il y a des chances que vous choisissiez le Porge », lance Christophe Duprat chargé des transports à la Métropole Bordelaise. Sur le dossier du stationnement, lui aussi sensible « on peut imaginer, par exemple, que les parkings de supermarchés sur le chemin de Lacanau, et qui sont vides le dimanche, puissent être mis à disposition », ajoute Christophe Duprat.

« En sachant quelles stations sont saturées, on pourra aussi avoir un débat avec l’Etat pour ouvrir des plans-plages (des plages surveillées et aménagées pour accueillir le public) », souligne Renaud Lagrave, président du GIP Aquitain. La baisse significative des fonds européens dans ce financement pose problème à certaines petites communes. Au Porge, la municipalité envisage de réduire ses places de parkings de 20 à 25 % dans le but de réaliser des économies sur le fonctionnement de son plan-plage.

 

Mots-clés :