L'épicerie musulmane est réservée certains jours aux hommes, d'autres aux femmes
L'épicerie musulmane est réservée certains jours aux hommes, d'autres aux femmes - M.BOSREDON

« Les frères : le lundi, mardi, mercredi et vendredi. Les sœurs : le samedi, le dimanche. » Une épicerie du quartier cosmopolite de Saint-Michel à Bordeaux, tenue par un couple de néo-musulmans, a décidé d’instaurer cette pratique anti-mixité, pour qu’hommes et femmes ne se rencontrent pas. L’affaire, révélée par Sud-Ouest ce lundi, commence à faire réagir de toutes parts.

Naïma Charaï, conseillère régionale PS et présidente de l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), a ainsi lancé sur Twitter que cette pratique était « inimaginable et inacceptable. »

Interrogé sur le sujet en marge de l’inauguration du prolongement de la ligne B du tramway ce lundi midi, le maire Alain Juppé a également déclaré « inacceptable » la démarche.

« C'est la première fois que l'on voit cela à Bordeaux »

Dans un communiqué envoyé ce lundi après-midi, le maire « condamne fermement un comportement en totale contradiction avec les règles républicaines d’égalité et de mixité » et « appelle les autorités compétentes à se saisir de ce dossier afin de faire cesser de telles pratiques discriminatoires et d’appliquer les mesures que prévoit la loi en de telles circonstances. » Le préfet de la Gironde Pierre Dartout a adopté la même position, et souhaite également que la justice se saisisse du dossier « et en tire les conséquences si les faits sont avérés. »

Contacté par 20Minutes, Marik Fetouh, adjoint au maire en charge de l'égalité et la citoyenneté, estime que « l'on ne peut que condamner ce type d'agissement. » « C'est la première fois que l'on voit cela à Bordeaux. Même si c'est un phénomène très circonscrit, il est problématique, notamment parce qu'il donne une mauvaise image de la communauté musulmane qui respecte pourtant à 99% les règles républicaines. »

« Je ne veux pas être hors la loi » confie le gérant de l'épicerie

Dans l’épicerie, on trouve essentiellement des livres religieux, quelques habits traditionnels, et des denrées. Soumaya, qui s’est récemment convertie à l’islam - elle s’appelait Jessica auparavant - tient la petite boutique avec Yahya (anciennement Jean-Baptiste).

Ce dernier s'est confié lundi après-midi à France Bleu Gironde, et a indiqué qu'il retirait la pancarte sur les jours d'ouverture réservés. « Je pensais que c'était plus pratique, a -t-il expliqué. Une femme mal à l'aise avec les hommes, c'est ma femme qui vient la servir. Avec un homme, ils peuvent faire connaissance, et ça peut partir sur des histoires d'adultère. C'est une incitation au péché. Mais je n'attendais pas à tout cela : les gens disent que c'est discriminatoire, moi, je ne veux pas être hors-la-loi. »

Au regard du Code pénal, cette pratique pourrait constituer un délit de discrimination aggravé, et serait passible de cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende selon Marik Fetouh.

Mots-clés :