Le 18 janvier 2015, travaux de construction au quartier des Bassins à Flot
Le 18 janvier 2015, travaux de construction au quartier des Bassins à Flot -

Du radium 226, un produit radioactif, a été découvert lors d'un chantier de dépollution qui doit accueillir une école, dans le quartier des Bassins à Flot (entre la rue de la Faïencerie et la rue Bourbon) au nord de Bordeaux, actuellement en pleine restructuration. Maire-adjoint en charge de la vie urbaine et de la sécurité, Jean-Louis David a répondu à nos questions.

De quelle manière la découverte de ce Radium s'est-elle faite?

Cela s'est fait le 12 mars. Sur la quarantaine de camions qui tournaient sur le site pour évacuer la terre de cet ilôt censé accueillir un groupe scolaire, deux ont bipé lors de leur entrée au centre d'enfouissement de Lapouyade (Centre de stockage des déchets ultimes). Ce centre est en effet équipé de détecteurs chargés de repérer les produits dangereux, entre autres les produits radioactifs. Dès le 13 mars nous avons interrompu le chantier et lancer les premières investigations sur le lieu des travaux.

Et qu'avez-vous trouvé?

Les vérifications ont effectivement montré la présence de radium dans le sol, avec plusieurs point plus ou moins chauds, dont un particulièrement. Nous avons donc immédiatement alerté l'autorité de sûreté nucléaire et l'ensemble des organismes, préfecture, Agence régionale de santé, Métropole...

Y'a-t-il des risques pour les riverains?

Aucun. Le chantier a été sécurisé. En revanche nous avons des doutes concernant les ouvriers qui ont été amené à entrer en contact avec la terre, qu'il s'agisse des ouvriers des entreprises de terrassement, ou de ceux de la Métropole. Nous cherchons donc à les recenser précisément, pour les informer et éventuellement les traiter.

Imaginiez-vous trouver du radium à cet endroit?

Pas du tout. Pour nous, le terrain était dépollué et libre de toute difficulté. C'est d'ailleurs la première fois que nous tombons sur du radium dans le sol bordelais, un produit que l'on trouve plus fréquemment dans le Nord de la France, en Normandie et un peu en Ile-de-France.C'était un produit couramment utilisé au 19ème siècle, notamment dans l'horlogerie pour ses fonctions luminescentes, avant qu'on s'aperçoive qu'il était dangereux pour l'homme.

Que va-t-il se passer pour ce chantier?

Il a été immédiatement suspendu, et nous attendons les instructions de l'Autorité de sûreté nucléaire pour suivre les procédures de dépollution. Il ne reprendra que lorsque la dépollution aura été totale, et quand nous serons assuré qu'il n'y a plus aucun risque. Nous envisageons toutes les solutions, y compris celle de construire ce groupe scolaire à un autre emplacement s'il le faut. Nous ne ferons prendre aucun risque à personne.

Mots-clés :