Illustration d'annonces dans une agence immobilière.
Illustration d'annonces dans une agence immobilière. - A. GELEBART / 20 MINUTES

En s'appuyant sur les données fournies par un nouvel observatoire des prix immobiliers LPI, conçu avec huit acteurs du secteur dont SeLoger.com et Crédit Foncier, et rendu public ce mardi, Challenges.fr évoque de fortes disparités de prix, de surfaces etc. d'une région à l'autre. Quelques éléments sur les prix dans le Sud-Ouest.

Les prix à la hausse dans la capitale Girondine

On y apprend que hors Paris, Bordeaux est la 4ème grande ville la plus chère de France en ce qui concerne les appartements anciens. Nice, Lyon et Aix en Provence sont les seules à afficher des tarifs supérieurs. A Bordeaux, les prix ont augmenté de +2,6 % en un an, contre +1,8% le m2 sur les contrats signés à Paris, par exemple. Ils s'affichent désormais à 3.265 euros le m2. «Il faudra toutefois attendre les données officielles enregistrées par les notaires afin de savoir si ces estimations sont correctes», précise le site.

Des prix qui ont bien baissé en Dordogne

Challenges.fr indique que dans 77% des départements, les prix au mètre carré sont inférieurs à 2.200 euros. C'est le cas par exemple en Dordogne, mais aussi dans le Finistère, le Pas-de-Calais et la Moselle.

Des logements spacieux en Poitou Charentes

C'est sans surprise à Paris qu'on achète les plus petites surfaces et on découvre que c'est en Poitou Charentes qu'on achète les plus grandes. Alors que les Franciliens signent en moyenne pour des appartements ou des maisons de 72,9 m2 dans l'ancien, les habitants de la région Poitou-Charentes acquièrent des logements anciens qui font en moyenne 95,7 m2.

Mots-clés :