Bordeaux: De nouvelles œuvres d'art contemporain autour de la Garonne

CULTURE De nouvelles installations artistiques vont voir le jour d'ici 2018, après l'arrivée en 2005 du Lion Bleu de Veilhant, installé sur la place Stalingrad...

Elsa Provenzano

— 

La commande publique demande aux artistes de travailler autour de la thématique du fleuve.?

La commande publique demande aux artistes de travailler autour de la thématique du fleuve.? — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Après la commande d'œuvres d'art positionnées sur le trajet du tramway, la Communauté urbaine de Bordeaux a lancé en 2012 une commande «Garonne», pour accompagner le développement des projets proches du fleuve, entre les ponts Chaban-Delmas et Jean-Jacques Bosc.

«On a fait parti dans les années 2000 du peu de villes à avoir la volonté d'installer des œuvres contemporaines fortes sur l'espace urbain. Je pense au Lion bleu de Veilhant place Stalingrad mais aussi à la maison Kabakov des artistes Ilya et Emilia Kabakov, installée place Raba-Léon. Ces œuvres donnent un supplément d'âme à la ville», a expliqué Michel Duchène, vice-président à la CUB, en charge des grands projets d’aménagement urbains, lors de la réunion autour du projet, qui a eu lieu ce lundi. Zoom sur deux projets artistiques parmi les plus avancés. Au total, treize artistes sont associés.

Un orgue à vapeur à Bègles

L'artiste parisienne Bettina Samson, propose d'installer un orgue à vapeur sur une structure métallique de 4 mètres de haut, près de l'usine de traitement des déchets Astria. Des sculptures de vapeur émergeraient en fonction des horaires de marées. L'installation utiliserait la vapeur haute pression dont se sert Astria pour compresser les déchets et pourrait même coïncider avec le réseau de chaleur d'Euratlantique. Quelques 36 sifflets complètent l'installation qui produiraient aussi des sons, évoquant les bateaux à vapeur.

Une soucoupe volante aux Bassins à flot

Elle serait au-dessus des Bassins à flot, pour évoquer les sous-marins de la seconde guerre mondiale, dont les épaves reposent au fond du fleuve. C'est une idée de l'artiste londonienne Suzanne Treister, qui décrit l'installation comme une sorte de phénix renaissant de ses cendres. Deux autres installations complètent ce triptyque de l'artiste, toujours en lien avec les futures technologies.

Deux pavillons-bibliothèques

Elle veut aussi rendre hommage au Bordelais Jacques Ellul, surtout connu comme penseur de la technique et de l'aliénation au XXe siècle. Elle a imaginé une sorte de pavillon qu'elle appelle «puits». Il serait installé près des Quinconces, et abriterait une bibliothèque rassemblant des ouvrages sur les enjeux technologiques liés au fleuve.

Le deuxième serait un pavillon avec une bibliothèque dédiée à la science-fiction. ll comporterait aussi un télescope pour observer le ciel, tout en lisant. L'observatoire de Floirac pourrait être associé à ce projet.

Le programme va être mis en œuvre entre 2015 et 2018.

Mots-clés :