Une des hydroliennes marines du site de Paimpol-Bréhat en Bretagne.
Une des hydroliennes marines du site de Paimpol-Bréhat en Bretagne. - L. LE SAUX / SIPA

L’Aquitaine dans le sillage de la Bretagne. Renaud Lagrave, vice-président du conseil régional d’Aquitaine, et président du Groupement d’intérêt public (GIP) littoral aquitain, revient d’un séjour en Bretagne qui a permis de «constater l’avance qu’elle a sur nous en matière d’énergies marines, avec notamment son démonstrateur d’hydroliennes sous-marine (turbines utilisant les courants marins) de Paimpol-Bréhat. C'est du lourd! Elle a déjà structuré une filière, dont nous devons nous inspirer. Il est temps que l’Aquitaine se tourne, elle aussi, vers son océan.»

Le potentiel de l’énergie houlomotrice

Une récente étude commandée par le GIP littoral a montré le potentiel qui se situe sur la côte Atlantique. «Les industriels sont particulièrement intéressés par le potentiel de l’énergie houlomotrice (qui utilise la force des vagues). Elle pourrait produire une puissance de 5.500 MW, sur une zone allant de Lège-Cap Ferret à la frontière espagnole.» Cette énergie serait «plus simple et moins coûteuse» à mettre en place que les hydroliennes, ou que des éoliennes flottantes.

«Le véritable enjeu, c’est le raccordement à la terre, et le stockage de l’énergie» indique Renaud Lagrave. Des questions qu’il va falloir aborder vite. «Les lenteurs administratives en France font que ces projets mettent entre trois et six ans à se concrétiser, quand dans d’autres pays ils se réalisent en trois mois. Il va falloir accélérer la cadence si l’on ne veut pas que les industriels se découragent, et que l’on rate le tournant des énergies renouvelables.»

Une centaine de professionnels à Latresne

Pour accélérer les choses, la région Aquitaine accueille justement, ce mercredi, une délégation bretonne pour le séminaire «Marine energies in the Atlantic regions», qui se tiendra à l’Aérocampus de Latresne, près de Bordeaux. «Nous pensons qu’il y a des synergies à trouver avec les industriels de l’aéronautique, notamment au niveau des matériaux composites» estime Renaud Lagrave. Une centaine de professionnels sont attendus pour ce rendez-vous.

Un projet est tout de même dans les tuyaux en Aquitaine, celui d’un démonstrateur d’hydroliennes fluviales, qui doit voir le jour à Bordeaux, au pied du pont de pierre, cette année.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé