La Cité du vin, un projet qui ne vivra pas seul

0 contributions
Publié le 12 novembre 2013.

ARCHITECTURE – Le projet de Cité des civilisations du vin à Bordeaux, a été pensé au milieu d'autres structures qui viendront en complément...

La cité des civilisations du vin n’est pas un projet qui vivra seul dans son coin. Amarrée sur les quais, près du pont Chaban-Delmas, elle verra pousser en face d'elle, sur le site de l’ancienne fourrière, plusieurs structures complémentaires, portées par Bordeaux Métropole Aménagement (BMA).

«Il est prévu sur ce site un hôtel, un complexe marchand sur la gastronomie et l’art de vivre, dédié au Sud-Ouest. D’une surface de 3.000 m2, il devrait comporter également un bar boutique. Il y aura aussi 10.000 m2 de bureaux, et un parking de 450 places» énumère Philippe Massol, directeur de l’association qui porte le projet.

Un ponton sera également aménagé au bout de la Cité du vin, qui permettra des départs en bateau pour des balades oenotouristiques dans les vignobles bordelais. «Ce lieu a été pensé comme une véritable plateforme oenotouristique, et pour qu’il serve les intérêts de nos vignobles, insiste Philippe Massol, et s’il sera piloté par l’office de tourisme de Bordeaux, tous les autres offices de tourisme, de la région et du département, seront associés.»

Financé à 25% par le mécénat

D’un montant de 63 millions d’euros (HT), le projet est financé à 25% par le mécénat. La part de l’Etat, initialement de 3,5 millions d’euros, a été ramenée à 2 million d’euros. «C’est pourquoi il ne faut rien lâcher sur le mécénat, et même continuer à trouver de nouveaux partenaires!» insistent le directeur et la président de l’association. Actuellement, une cinquantaine d’entreprises, «qui ont toutes une activité locale», ont rejoint le projet.

Le conseil général pourrait mettre de son côté un million d’euros. Une délibération en ce sens doit être votée le 22 novembre. Le reste du financement sera assuré par la ville de Bordeaux (12,5 millions), l’Europe (12 millions), la communauté urbaine (8,5 millions d’euros), la région Aquitaine (5,5 millions d’euros), le Comité interprofessionnel du vin de Bordeaux (5,5 millions) et la Chambre de commerce et d’industrie (1 million).

Le projet a été construit sur une hypothèse de 400.000 visiteurs par an, «mais nous en espérons 600.000» indique Philippe Massol.

M.B.
publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr