Les rayons de Virgin dévalisés en deux jours

ENTREPRISES Le magasin déstocke jusqu'à la fin du mois de mai, en attendant une offre de reprise...

Mickaël Bosredon

— 

Le magasin Virgin de Bordeaux, lors de son déstockage, le 14 mai 2013

Le magasin Virgin de Bordeaux, lors de son déstockage, le 14 mai 2013 — S.ORTOLA/20MINUTES

«Il vous reste des produits Apple?» Sourire condescendant au coin des lèvres, le jeune vendeur répond que «non, il n’y a plus rien.» Il ne reste de toute façon plus grand-chose dans les rayons high-tech de Virgin depuis la razzia de lundi et l’ouverture du grand déstockage dans les rayons, qui dure jusqu’au 23 mai, date d’une éventuelle offre de reprise. Pour l’instant, l’avenir du magasin de la place Gambetta, ouvert depuis 1990, reste incertain.

«Hâte que tout ça se termine...»

En attendant, c’est moins 50% dans tous les rayons (sauf les livres). Du coup, le public est de nouveau au rendez-vous. Dehors, il faut patienter dans une file d’attente d’une cinquantaine de mètres avant de pouvoir entrer. A l’intérieur, le temps d’attente aux caisses est d’une vingtaine de minutes. A condition d’avoir trouvé quelque chose d’intéressant. «Beaucoup de personnes sont venues lundi pour acheter des tablettes et des ordinateurs en double ou en triple, et les revendre sur Internet» assure Alexandre, un Bordelais de 26 ans. Lui a fait le déplacement mardi. Trop tard. «Je cherchais une station IPod, il n’y en a plus.» Stéphane, 41 ans, vendeur dans le magasin depuis 1997, assure tout de même qu’il restera encore de quoi faire des affaires «pendant trois quatre-jours.» «Mais après, on ne recevra plus de marchandises, que va-t-on-faire? Nos salaires sont assurés jusqu’à la fin du mois de juin, mais la plupart des employés accusent le coup, et ont hâte que tout cela se termine.»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.