Les vins de Bordeaux au Hong Kong wine and dine Festival.
Les vins de Bordeaux au Hong Kong wine and dine Festival. - Mickaël Bosredon / 20 MINUTES

Mickaël Bosredon, à Hong Kong

De notre envoyé spécial à Hong Kong

Une véritable marée humaine s’est abattue vendredi et samedi sur le Hong Kong wine and dine Festival, dont la quatrième édition s’achève ce dimanche. Le record de fréquentation de l’an passé, 170.000 visiteurs, devrait être largement dépassé. Et le Hong Kong Tourisme Board, organisateur de l’événement avec la CCI de Bordeaux et le CIVB (Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux), a pour l’instant réalisé un sans faute dans la gestion de l’événement, qui se déroule sans accroc.

En première ligne de la manifestation, les vins de Bordeaux, qui ont recréé sur place une sorte de village, rencontrent un franc succès. Au stand des Sweet Bordeaux (vins liquoreux), on a écoulé près de 400 bouteilles sur la seule journée de vendredi. «A ce rythme nous n’aurons pas assez de vin pour aller au bout de la manifestation», assure Philippe Dejean, président des sweet, qui prévoit déjà de «diminuer les doses et ralentir la cadence du service à partir de dimanche.» Même problème chez les Saint-Emilion, où il ne reste plus qu’une centaine de bouteilles pour la dernière journée de festival. L’objectif des vignerons représentant les liquoreux, est de «faire découvrir un vin que les Chinois connaissent mal, car peu distribué dans le pays. Pourtant chaque fois que nous organisons des dégustations ici, ils l’apprécient particulièrement. Les liquoreux s‘accordent à merveille avec la gastronomie chinoise, plutôt épicée, c’est pourquoi nous pensons qu’il y a un véritable marché, à Hong Kong et dans la Chine continentale» poursuit Philippe Dejean.

La Chine, premier marché des vins de Bordeaux cette année

Le potentiel du marché chinois, c’est ce qui explique la présence en force des vins de Bordeaux, qui ont déplacé une délégation d’une cinquantaine de viticulteurs. Seuls les grands crus classés n’ont pas fait le voyage. «La Chine est devenu cette année le premier marché pour les vins de Bordeaux, puisque nous y avons exporté 10% de notre production, soit 80 millions de bouteilles, explique Christophe Château, directeur de la communication au CIVB. Et encore nous ne comptons pas tous les vins qui transitent d’abord par le Royaume-Uni et les Etats-Unis.» Mais la marge de progression est encore énorme, assure-t-on au CIVB. «La consommation de vin continue d’augmenter en Chine, nous le voyons bien au nombre de vins proposés à la carte dans les restaurants, ou dans les rayons des magasins, au fait que le vin remplace peu à peu les alcools locaux dans les banquets, et que c’est un cadeau très souvent offert par les officiels lors de cérémonies, ou pour des fêtes de famille», analyse Thomas Jullien, le représentant en Chine du CIVB. «Le vin fait même son apparition dans les publicités, comme produit synonyme de raffinement.»

Le CIVB a commencé à investir le marché il y a sept ans. «Mais nous ne visions au début que les professionnels, maintenant nous essayons de toucher directement le consommateur», poursuit Thomas Jullien. Le Hong Kong wine and dine Festival est de fait devenu le moment «le plus important de l’année pour nous». Le CIVB a également investi les réseaux sociaux locaux, comme Weibo, l’équivalent de Facebook, interdit en Chine continentale. «En quelques mois nous en sommes déjà à 80.000 fans qui nous suivent, et nos posts peuvent atteindre 10 millions d’audience. Nous touchons avec Weibo le cœur de notre cible, les 30-40 ans, urbains, dont le salaire tourne aux alentours de 16.000 dollars US par an. Cela représente environ 150 millions de personnes.»

Après la véritable folie qui a touché les premiers grands crus de Bordeaux, dont la progression en Chine dépassait chaque année les 100% entre 2007 et 2011, les consommateurs chinois sont maintenant «à la recherche de nouvelles références», assure Mathieu Delong, vigneron dans les Bordeaux et Bordeaux supérieurs, «car c’est une nouvelle population qui commence à s’intéresser au vin».  Pour les toucher, le CIVB réfléchit «sérieusement» à organiser une autre fête du vin, dans l’une des quatre grandes villes de la Chine continentale, Pékin, Shanghai, Canton ou Shenzen. «Cela aurait du sens d’être présent avec un méga-événement dans l’une de ces quatre villes, dans un pays qui compte 120 villes de plus d’un million d’habitants, et où la consommation de vin va enregistrer une hausse ces prochaines années», estime Thomas Jullien. En attendant, la place «privilégiée» des vins de Bordeaux au Hong Kong wine and dine festival, a été confirmée pour les trois prochaines années, après un accord signé samedi entre les deux villes.