Etats-Unis: Mitt Romney veut séduire les déçus d'Obama

13 contributions
Publié le 31 août 2012.

POLITIQUE - Le candidat républicain a promis, jeudi soir, de «restaurer la promesse de l'Amérique» en se battant pour l'emploi...

De notre envoyé spécial à Tampa

Romney vs Obama, le duel peut vraiment commencer. Jeudi soir à Tampa, Mitt Romney a officiellement accepté l'investiture de son parti dans la course à la Maison Blanche. Il a également livré le discours le plus important de sa carrière. Son objectif: séduire ceux qu'Obama a déçus.

>> Tous nos articles sur la convention républicaine à lire ici

Mitt Romney et la promesse de l'Amérique

Sa meilleure phrase du soir: «En Amérique, on célèbre le succès. On ne s'excuse pas d'en avoir.» Affirmant qu'Obama «punissait» les PME en augmentant les impôts, il a juré de baisser les charges. Car, selon lui, les entrepreneurs sont les «vrais créateurs d'emplois» et le «moteur de l'Amérique». Il a annoncé un plan pour créer 12 millions d'emplois, en restant vague sur les détails mais en mettant en avant son expérience dans le secteur privé.

Il a, à maintes reprises, professé son amour pour l'Amérique. «Quand Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune, je suis allé me couché avec la certitude de vivre dans le plus grand pays de l'histoire du monde», a-t-il lancé au son des «U.S.A, U.S.A.». Mais selon lui, «pour la première fois, les Américains sont moins optimistes pour l'avenir de leurs enfants». Il conclut: «Il est temps de se lever et de dire: ''Je suis un Américain. Je crée ma propre destinée. Nous méritons mieux, mes enfants méritent mieux, me famille mérite mieux, mon pays mérite mieux''.»

«L'échec d'Obama»

La 2e meilleure tirade de la soirée: «Obama avait promis de ralentir la montée des océans et de soigner la planète. Ma promesse, c'est de vous aider vous et votre famille.» Romney a toutefois pris soin de ne pas attaquer personnellement Obama comme Paul Ryan la veille, expliquant: «Le président ne vous a pas déçus volontairement. Il a échoué car il n'a pas guidé l'Amérique dans la bonne direction en continuant d'emprunter des milliards à la Chine». Le candidat républicain a directement fait du pied à ces électeur, leur demandant: «N'y a-t-il pas un problème avec son bilan quand la meilleure opinion que vous aviez de lui remonte au jour où vous avez voté pour lui?»

Romney, l'homme

C'était son principal défi de la soirée. Romney, souvent décrit comme un robot froid et calculateur par ses détracteurs, a plutôt réussi son grand oral. «Il n'a pas le charisme d'orateur de Reagan mais son ton général a tapé juste», estime le blogueur conservateur James Pethokoukis. Selon lui, la vidéo de famille diffusée juste avant l'a sans doute également aidé, montrant que les anecdotes racontées par son épouse Ann la veille n'étaient «pas que des mots».

Romney et les femmes

Alors qu'il compte entre 10 et 15 points de retard sur Obama auprès de l'électorat féminin, Romney a profité de son discours pour les courtiser. D'abord en jurant que le travail de sa femme de mère au foyer avait toujours été «plus important» que le sien. En énumérant les six femmes membres du Congrès ayant parlé à la Convention en rappelant que son équipe lorsqu'il était gouverneur du Massachusetts respectait la parité. Mais surtout, il a rendu hommage à sa mère, candidate au Congrès dans les années 70, soulignant que les voix des femmes devaient porter en politique.

La réponse d'Obama

Les experts s'attendent à voir Romney profiter d'une traditionnelle hausse dans les sondages. Mais le président aura l'occasion de riposter lors de la convention démocrate, qui se tient à Charlotte du 3 au 6 septembre.

Philippe Berry
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr