Jean-Marc Ayrault hausse le ton contre les détracteurs du traité européen dans son camp

39 contributions
Publié le 26 août 2012.

POLITIQUE - Ferme, le Premier ministre invite notamment les écologistes à la solidarité gouvernementale...

Solidarité et responsabilité. Si Jean-Marc Ayrault voulait imposer une devise à sa majorité en ce moment, ce serait sans doute celle-ci. Dans une interview au Journal du dimanche, le Premier ministre hausse le ton et invite ceux qui pensent voter contre le traité européen à rentrer dans le rang.

«Dans toutes les démocraties, on est solidaire quand on est membre du gouvernement», lance-t-il, ajoutant que «personne n’est devenu ministre contre son gré». Sont directement visés  les élus écologistes et ceux de l’aile gauche du PS qui ont d’ores et déjà fait part de leur intention de s’exprimer contre le traité qui doit être débattu au Parlement en septembre. Parmi eux, Jean-Vincent Placé, le président du groupe Vert au Sénat, et François de Rugy, co-président du groupe à l’Assemblée.

«Les écologistes sont entrés au gouvernement en connaissant les engagements du Président»

Jean-Marc Ayrault dit «bien comprendre que pour ce parti (EELV) et son fonctionnement complexe, l’exercice du pouvoir est un réel changement». Mais «des membres de ce parti appartiennent au gouvernement à des postes majeurs [Cécile Dulot au Logement et Pascal Canfin au Développement, ndlr]. Les semaines qui sont devant nous doivent leur permettre d’évoluer sur cette question», prévient-il.

«Les écologistes, comme tous les autres ministres», », affirme-t-il encore, «sont entrés au gouvernement en connaissant les engagements du Président pris devant les Français». Ainsi, le chef du gouvernement «demande» à Cécile Duflot «comme à tous (ses) amis écologistes d’expliquer ce que signifie la participation gouvernementale et de faire comprendre ce que signifierait l’ouverture d’une crise européenne aujourd’hui».

«Nous sommes responsables devant le pays»

«Pour continuer à peser en Europe, le Président et le gouvernement ont besoin de l’appui clair et solidaire de la majorité», insiste Jean-Marc Ayrault. «Nous sommes responsables devant le pays», martèle-t-il enfin.

Cécile Duflot, ancienne chef d’EELV, ne s’est pas clairement prononcée contre le traité européen. Mais, «je serai fidèle à mon parti et loyale au gouvernement», a-t-elle déclaré, selon des propos rapportés par Le Monde, ajoutant que «si on était d'accord sur tout [avec les socialistes], on serait dans le même parti». Le ton est donné.

E. O.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr