Niort en colère après un reportage de France 2

7 contributions
Publié le 17 août 2012.

MÉDIAS – Pour certains habitants, le reportage tourné dans leur ville le 15 août est caricatural. La rédactrice en chef du « 13 Heures » de France 2 a présenté ses excuses.

"Il paraît qu’à Niort, on compte 834 habitants au km2. Mais ce matin, il est parfois difficile d’y croire. Le vent, le calme, et un vide qui perturbe les plus endurcis…" Ainsi commence le reportage réalisé dans la ville des Deux-Sèvres, le 15 août, pour le "13 Heures" de France 2. A l’image, des plans de rues désertes, de commerces grilles baissées, de places semblant à l’abandon, se succèdent. Un peu plus tard, le commentaire évoque "le sentiment que les rares personnes croisées ne font que passer." La caméra a beau aller à la rencontre des quelque maraîchers qui ont dressé leur étal devant les halles ce matin-là, ou constater que le parking devant l’église est bien rempli, il n’en fallait pas plus pour laisser imaginer que Niort est "une ville morte".

Les réactions après la diffusion du reportage ne se sont pas fait attendre. Ulcérés, les Niortais ont fait part de leur colère sur les réseaux sociaux. La Nouvelle République, le quotidien local a reçu un grand nombre de messages indignés.  "Niort est une ville où l'on sait s'arrêter de courir quand c'est possible (…). [Le 15 août], de nombreuses personnes ont donc pu profiter d'une grasse matinée et d'une journée calme pour être près de leurs enfants et de leurs familles", écrit l’un des habitants remontés.

La maire de Niort a écrit au PDG de France Télévisions

"Le reportage était caricatural. Avec les feuilles mortes qui volaient, il ne manquait plus que la musique d’Ennio Morricone pour se croire dans un western", sourit (jaune) Sébastien Dugleux, le directeur de Cabinet de la mairie de Niort que 20 Minutes a joint ce vendredi. "Ils ont dû tourner au petit matin. Mais, dans la journée, il y avait du monde partout", assure-t-il. Et de poursuivre : "la maire, Geneviève Gaillard, a écrit à Rémi Pflimlin, le PDG de France Télévisions, pour lui faire part de son sentiment sur ce reportage, tout en espérant qu’une équipe de France 2 puisse revenir pour se faire l’écho d’une des nombreuses manifestations organisées dans la ville."

Agnès Molinier, la rédactrice en chef du «13 Heures», a déjà fait son mea culpa dans une interview accordée à La Nouvelle République. «On s'est trompé. Au lieu d'être pris comme "Le 15 août, c'est mort", cela a été interprété comme «Niort est une ville fantôme»", reconnait-elle tout en soulignant qu’il n’y avait  "pas de volonté de notre part de faire dans le second degré". L’un des deux journalistes auteurs du reportage, Alain Darrigrand, correspondant à Poitiers, s’est dit, via son compte Twitter, "Sincèrement désolé d'avoir contribué à écorner l'image de Niort."

Pour Sébastien Dugleux, "il est rassurant que les habitants se soient indignés, cela montre qu’ils tiennent à leur ville." Et que certaines torpeurs, même un 15 août, sont trompeuses.

Fabien Randanne
Mots-clés
Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr