Londres 2012: Yohann Diniz, le poissard de l'athlétisme français?

6 contributions
Publié le 11 août 2012.

JO / MARCHE - Le Français, disqualifié du 50km marche après une 8e place en étant tombé, a fait appel de la décision...

De notre envoyé spécial à Londres,

Cette fois, il avait au moins réussi à finir sa course. Après sa 8e place sur le 50 km marche, Yohann Diniz devrait être disqualifié. Le camp français a fait appel de la décision, mais le marcheur tricolore a encore passé une journée assez incroyable.

Pourquoi serait-il disqualifié? Selon les juges, le Champenois aurait attrapé une bouteille en dehors des zones de ravitaillement. Le pire, c’est que selon l’organisation, il n’a fait que se la renverser sur la tête pour se rafraîchir. «Yohann est formel, il n’a rien pris», assure Pascal Chirat, son coach. Soit peu après sa chute. «Il n’est plus lucide, il a un coup de chaud. Il passe devant moi, et je lui donne les consignes. D’habitude il écoute, et là il a regardé». Selon le Champenois, ce n’est pas ça qui lui a coûté le podium (en dehors de sa disqualification). «Je suis tombé sur plus fort que moi», explique Diniz.  

Comment a-t-il appris la nouvelle? Après en avoir terminé, au courage, Diniz passe devant les journalistes. Ce sont eux qui vont lui apprendre sa disqualification. Aucun membre de son staff ne l’a tenu informé, alors que la décision est intervenue en course. «Il l’a appris à l’arrivée. Il était déjà en détresse, on a rien dit», avance son entraîneur. Au final, Diniz est passé débriefer sa performance sans connaître la mauvaise nouvelle devant les médias. Qui ont fini par le mettre au courant au bout de cinq minutes.  

Pourquoi est-il aussi malchanceux? Non-retenu en 2004, à la dérive en 2008 (abandon), Yohann Diniz n’a pas que des souvenirs magiques aux JO. Et l’épisode britannique ne va rien arranger. «Au moins, vous allez arrêter de me rabâcher Pékin», souriait-il après sa course. Non, maintenant, on lui parlera plus souvent de Londres… «Yohann, il fait des trucs incroyables, en bien comme en mal. C’est le reflet de sa personnalité», souligne Pierre Chirat.

Antoine Maes
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr