3 contributions
Publié le 10 août 2012.

JEUX OLYMPIQUES - Tout ce qu'il faut savoir sur l'édition londonienne...

Vendredi 10 août 

Les Australiennes avaient vendu la peau de l’ours

Alors que se jouait hier le match pour la troisième place dans la compétition de Water polo féminin, les spectateurs et téléspectateurs ont pû assister à une scène assez cocace. Il restait dix secondes à jouer, l’Australie menait 11 à 10, les remplaçantes australiennes ont commencé à se lever et à célébrer la victoire de leur équipe lorsqu’elles ont vu leur gardienne réaliser ce qui semblait être l’arrêt final du match. Cependant les joueuses australiennes ne semblaient pas compter sur l’envie et la vivacité des Hongroises. A l’extrême limite du chrono, celles-ci récupèrent la balle et trompent la gardienne. Le tout dans la stupeur la plus totale côté australien, l’entraîneur se précipitant vers le corps arbitral pour hurler sa frustration et mettant en avant le fait que selon lui, le chrono était terminé. Si par la suite les Australiennes ont fini par l’emporter 13-11, les joueuses de l’équipe ont offert au Web un instant qui ne manquera pas de susciter certaines moqueries.

 Un classement général impérial

 Tandis que les différents pays font leur maximum afin de bien figurer au classement général des médailles, un classement alternatif  a fait son apparition. Oldelympics ne classe plus des pays mais des anciens empires, qui regroupaient autrefois plusieurs pays ou colonies aujourd’hui indépendants.  Le principal bouleversement vient de la Mongolie de Gengis Khan qui détiendrait  81 médailles d’or. L’Empire Britanniques suit avec 46 titres devant le Etats-Unis (39). Avec 37 titres, la France de Napoléon échoue au pied du podium.

 Ekimov, champion olympique 8 ans après

 C’est un grand jour pour Viatcheslav Ekimov. Alors que le cycliste russe avait remporté la médaille d’argent en course contre la montre aux JO d’Athènes en 2004, le CIO a décidé de réattribuer aujourd’hui la médaille d’or à l’actuel directeur sportif de l’équipe RadioShack. La raison? L’aveu fait l’année dernière par le champion olympique de l’époque, Tyler Hamilton qui a reconnu s’être dopé, alors qu’il avait déjà été accusé de dopage durant ces mêmes JO. Alors que la date limite pour ré-étudier le classement de l’épreuve était fixée le 31 août, le CIO a pris le temps de faire une enquête ayant pour but de montrer que les coureurs susceptibles d’être médaillés n’étaient pas inquiétés par des éventuelles affaires de dopage. Le coureur russe déjà champion olympique du contre la montre en 2000 à Sydney peut donc maintenant présenter un palmarès majoré de ce nouveau titre olympique.

La rédaction sport
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr