3 contributions
Publié le 7 août 2012.

BASKET-BALL - Comparée aux joueuses de badminton exclues, l'Espagne qui a perdu «volontairement» face au Brésil, ne subira évidemment pas le même traitement...

«Après ce qu’il s’est passé au badminton, tout le monde va nous observer. Je ne pense pas qu’ils (L’Espagne) vont le faire exprès, au moins pas de façon flagrante». Marcelinho Huertas, meneur de jeu du Brésil, a tout expliqué avant le coup d’envoi de la rencontre. A la différence des joueuses de badminton, incapables de passer un service au-dessus du filet, les basketteurs de la Roja ont joué le jeu. Devant pendant trois quart-temps, les Espagnols ont craqué dans les dix dernières minutes. Et même si ce relâchement interpelle (31-16 dans le dernier quart), il n’est pas assez suspect pour évoquer une tricherie volontaire et donc une exclusion des Jeux. L’Espagne termine troisième de sa poule et evite ainsi les Etats-Unis en demi-finale. Tout est question de finesse.

Comment exclure un des plus grands collectifs présents à Londres?
 
Evidemment, il est beaucoup plus simple de sanctionner des équipes féminines de badminton que l’équipe de basket double championne d’Europe en titre. D’autant que c’est à la fédération internationale de basket d’alerter le CIO, le cas échant. Derrière les Etats-Unis, cette équipe d’Espagne, vice-championne olympique à Pékin, est une des attractions du tournoi. Avec des stars venues de NBA (les frères Gasol, Ibaka) et certains des meilleurs joueurs européens (Navarro), le collectif ibérique ne peut pas subir le même traitement les joueuses asiatiques de badminton, sans porter un coup très dur à l’image du basket. Encore plus si l’on ajoute que Pau Gasol est le porte-drapeau de la délégation espagnole. Une exclusion ferait clairement désordre.
 
Rien de scandaleux à profiter du tableau

Dans la «tradition», dans l’approche de la compétition, les sports collectifs ont toujours eu l’habitude de calculer. Rien de plus normal que de raisonner en fonction du tableau. Quand un entraîneur fait tourner son effectif lors d’un dernier match de poule, il prend le risque de fausser le résultat, sans que cela ne choque vraiment l’opinion publique. En badminton, ce genre de comportement dérange. La preuve, c’est la fédération chinoise qui a demandé au CIO de prendre des mesures radicales après le fiasco vu à Londres. Difficile d’imaginer la fédération espagnole demander des sanctions après la défaite des basketteurs face au Brésil. En 2011, la France, qui hérite de l’Espagne en quart de finale, avait d’ailleurs joué au même jeu de dupes.
A.D
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr