Bolt: «Je me suis dit: Usain, réveille-toi!»

6 contributions
Publié le 6 août 2012.

JO / ATHLETISME - Vainqueur du 100m des Jeux, le sprinter jamaïcain voulait prouver que ses défaites face à Yohan Blake n'étaient que des accidents...

Cinq ans le séparent de son cadet, Yohan Blake, mais Usain Bolt aime bien lui montrer qui est le patron. Vainqueur du 100m des Jeux de Londres, dimanche soir, dans un temps canon (9'63), le Jamaïcain adore le taquiner en public, le présentant en conférence de presse d'après course comme un sprinter d'avenir, mais encore un peu tendre pour l'empêcher de devenir une légende...

Que ressentez-vous après cette victoire sur 100m?

D’abord je tiens à remercier mon coach (Glenn Mills). Cette victoire signifie quelque chose de grand. Beaucoup disaient que je ne gagnerais pas. Beaucoup de choses ont été dites. Mais je me sentais bien. Je suis toujours le meilleur. Je suis content de l’avoir prouvé. C’est un honneur de rejoindre les plus grands. J'ai grandi en admirant les légendes.

Comment avez-vous vécu cette finale?

Très bien, je n’ai pas ressenti de pression. Après la demi-finale, j'étais confiant. J'avais eu une bonne réaction. Mon coach m’avait dit de ne pas penser au départ. Il fallait que je sorte vite au départ et après tout irait bien. Je savais qu’au-delà des 50m, je ferais quelque chose de bien. C’est ce que j’ai fait. C’est le deuxième meilleur temps de ma carrière. J’en suis heureux. Si c’était une course parfaite? Je dirais oui. Mais mon entraîneur va dire que non. Donc non.

Dans quel état d’esprit avez-vous abordé la compétition, après vos deux défaites face à Blake?

Quand Yohan Blake m’a battu deux fois, j’ai ouvert les yeux. Je me suis dit: Usain, réveille-toi, ce sont les Jeux olympiques. Et puis mon coach m’a dit de ne pas penser à ma blessure et de continuer à travailler. Il m’a dit de me concentrer juste sur ma course. Oublions les problèmes et on peut être confiants. Et c’est ce qu’il s’est passé.

Etes-vous désormais le meilleur sprinter de tous les temps?

Ce n'est pas à moi de le dire. Les fans et les médias vont dire que oui, je suis le meilleur. Moi je ne vais jamais dire ça. Mais mon but, c’est de devenir une légende. Comme Michael Phelps, c'est une légende de la natation. Les gens paient pour venir le voir. Je veux la même chose en athlétisme. Je savais que si je gagnais sur 100m à Londres, j’avancerai dans ce sens. Mais je dois maintenant me concentrer sur le 200m.

Justement, vous retrouverez Yohan Blake sur le 200m…

Je lui ai dit que je ne le laisserai pas me battre sur 200m. Il a fait une très bonne course (il lui tape sur la cuisse) et je pense qu'après quelques années à affronter les meilleurs il fera de très bonnes choses (rires). Mais il a encore beaucoup plus de boulot sur 200m. Et c’est encore ma meilleure course. J’ai hâte d’y être.

Le faux-départ des Mondiaux de 2011 est-il oublié?

C'est derrière moi. Parfois j’y pense encore. Mais quand je suis arrivé sur la piste, que le public a crié mon nom, je n'y ai plus pensé. C'était l'heure de faire de grandes choses.

Vous aimez toujours autant faire votre show…

Je sais que le public vient au stade pour voir ce que je vais faire. Ils attendent çan quand je touche mes cheveux que je fais tel ou tel geste. C’est une façon de faire plaisir au public qui me donne une grande énergie. Mais là, Yohan Blake a été meilleur que moi.

Propos recueillis par Romain Scotto, à Londres
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr