Londres 2102: Laure Manaudou dédramatise sa noyade sur 100m dos

45 contributions
Publié le 29 juillet 2012.

JO / NATATION - La Française n'est pas été surprise de sa contre-performance dès les séries du 100m dos...

De notre envoyé spécial à Londres,

Il n’y a pas eu de larmes, cette fois, ni même de déception dans ses propos, comme ce fut le cas il y a quatre ans à Pékin. Eliminée dès les séries du 100m dos dimanche matin, Laure Manaudou réussissait même à sourire comme pour rassurer ses proches, finalement les plus déçus. A l’entendre, il ne faut surtout pas s’alarmer pour cette jeune maman, dont la fille Manon a vu la course à la télé: «Elle ne sait pas du tout le temps que j’ai fait. Elle s’en moque. Avoir une famille me protège des contre-performances», indique la championne olympique d’Athènes qui aurait dû espérer un miracle pour monter sur le podium en arrivant à Londres avec la treizième performance mondiale.

Finalement, Laure Manaudou n’a jamais été dans le coup. Moins affûtée qu’à Dunkerque où ses joues étaient même un peu creusées, elle reconnaît ne pas avoir tout fait pour gagner. «Après trois ans de haut niveau je me rend compte qu’il faut quand même plus que ça pour être la meilleure. Et il faut plus s’entraîner.» A presque 26 ans, l’ancienne protégée de Philippe Lucas ne fait plus de la natation sa priorité et l’assume ouvertement. «Après Dunkerque, j’ai passé presque trois jours sans nager. Et je me dis que j’ai toujours fait ce que je voulais faire sans penser aux répercussions que ça aurait pu avoir», lâche la nageuse gagnée par une certaine lucidité. «J’ai fait les choses que je voulais, vu les personnes que je voulais. Donc tant que je me fais plaisir, je suis heureuse.»

«Je me fais plaisir, je suis heureuse»

La suite de sa compétition paraît aussi mal engagée. Qualifiée sur 200m dos, Laure Manaudou n’a pas spécifiquement travaillé sur cette distance. Son dernier plongeon olympique en individuel devrait donc lui aussi être vite expédié. Pour elle, l’essentiel est plutôt de vivre à fond ses derniers moments aux Jeux. «Je vais récupérer, bien profiter des trois jours sans sortir de la compétition, et je vais encourager les nageurs français (…) Je ne veux pas faire une analyse de la suite de ma carrière et du reste de ma vie par rapport à une course d’une minute. Quoi qu’il se passe, je nagerai jusqu’aux championnats d’Europe en France (en novembre prochain).» L’heure de fêter son jubilé.

Romain Scotto, à Londres
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr