EN DIRECT - Bataille de Damas: L'artillerie syrienne pilonne certains quartiers de Damas... Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue Arabe se réuniront dimanche en urgence...

44 contributions
Publié le 18 juillet 2012.

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi. Vous trouverez ici le résumé des évènements de la journée.

20h52: L'artillerie syrienne pilonne certains quartiers de Damas
L'artillerie de l'armée syrienne, positionnée sur la montagne de Kassioun qui domine Damas, a pilonné mercredi soir le quartier de Mezze ainsi que le faubourg de Mouadamiya, ont rapporté des opposants. Un peu plus tôt, des hélicoptères de l'armée avaient ouvert le feu à la mitrailleuse et dans certains cas avaient tiré des roquettes sur plusieurs quartiers d'habitation de la capitale, ont rapporté des habitants et des insurgés. Les hélicoptères ont tiré des roquettes sur le quartier de Midan, dans le centre, mais aussi sur le faubourg Kfar Batna et sur le camp palestinien de Yarmouk, à la limite sud de la capitale, ont indiqué les insurgés. Des hélicoptères ont mitraillé par ailleurs le quartier de Hadjar al Assouad et celui de Djobar, près de la place des Abbassides.

19h12: Les Etats-Unis estiment que Bachar al-Assad «perd le contrôle »
La Maison blanche a estimé mercredi que Bachar al-Assad perdait le contrôle de la Syrie et que la communauté internationale devait travailler urgemment à une transition politique. «Il y a un réel élan contre Assad, avec de plus en plus de défections, et une opposition plus forte et plus unie qui opère à travers le pays», a déclaré le porte-parole de la Maison blanche, Tommy Vietor. «Alors que le régime d'Assad est en train de perdre le contrôle, c'est le moment pour les Syriens et la communauté internationale de se concentrer sur ce qui vient après», a-t-il ajouté.
 

18h53: Le Conseil de sécurité repousse son vote de 24 heures
Le Conseil de sécurité des Nations unies a repoussé à jeudi son vote sur le projet de résolution d'initiative britannique menaçant le pouvoir syrien de sanctions s'il ne respecte pas le plan de sortie de crise de Kofi Annan, a annoncé mercredi la délégation russe à l'ONU. L'ambassadeur russe Vitali Tchourkine a précisé à la presse que le vote, initialement programmé ce mercredi, avait été «reporté à demain (jeudi) matin». Le projet de résolution est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, qui autorise l'emploi de moyens coercitifs allant des sanctions économiques et diplomatiques jusqu'à une intervention militaire.
 

17h56: Réunion d'urgence des ministres arabes des Affaires étrangères
Les ministres arabes des Affaires étrangères doivent tenir une réunion d'urgence dimanche sur la Syrie, a déclaré le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi. Cette réunion au Qatar, qui se tiendra après une rencontre prévue du comité de la Ligue chargé de la crise en Syrie, «doit examiner les conséquences de la situation en Syrie», indique Nabil al-Arabi dans un communiqué.

17h03: Annan veut un report du vote sur la Syrie au Conseil de sécurité
La délégation britannique aux Nations unies annoncé que «l'envoyé spécial conjoint (de l'ONU et de la Ligue arabe) Annan a demandé de différer le vote programmé aujourd'hui sur le projet de résolution sur la Syrie». «Nous examinons cette requête avec nos partenaires», précise-t-elle.

Joint Special Envoy Annan has asked to delay today's draft #Syria resolution vote. With fellow co-sponsors we're considering that request.

— UKUN_NewYork (@UKUN_NewYork) July 18, 2012

16h25: Le vote à l'ONU sûrement reporté
Le vote prévu ce mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU sur une résolution menaçant le régime syrien de sanctions devrait être retardé d'au moins 24 heures dans l'attente des résultats de «contacts supplémentaires au plus haut niveau» entre capitales, ont indiqué des diplomates.
Entre-temps, les ambassadeurs des 15 pays du Conseil doivent mener de nouvelles consultations aujourd'hui à New York. Des diplomates occidentaux à l'ONU s'attendent à un double veto russe et chinois quand ce projet de résolution déposé par Européens et Américains sera mis au vote.
Le Conseil a jusqu'à vendredi soir pour adopter une résolution qui renouvellerait le mandat des 300 observateurs de l'ONU en Syrie. Celui-ci expire à cette date mais les Occidentaux veulent assortir son renouvellement de pressions sur Damas alors que la Russie veut se contenter de prolonger la mission.

16h05: Un général également tué dans l'attentat
Le général Hassan Turkméni, chef de la cellule de crise mise en place pour mater la révolte, a été tué dans l'attentat, a affirmé une ONG syrienne. Ce décès n'a pas été confirmée par les autorités syriennes.
«Le général Hassan Turkméni, actuellement adjoint au vice-président syrien, est mort après avoir succombé à ses blessures subies durant l'attentat» à Damas, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme, citant des «sources dans la capitale syrienne».

15h47: La situation en Syrie échappe à tout contrôle, selon le Pentagone
Le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a estimé que la situation en Syrie semblait «est en train d'échapper rapidement à tout contrôle». La communauté internationale, a ajouté le patron du Pentagone, doit «exercer une pression maximale sur Assad pour faire ce qui est juste: se retirer et permettre une transition pacifique».

15h36: «Besoin d'une résolution», affirme la Grande-Bretagne
L'attentat, «que nous condamnons, confirme le besoin urgent d'une résolution sous le Chapitre VII du conseil de sécurité des Nations unies», a indiqué le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague, qui juge que «la situation en Syrie se détériore clairement».
Le chapitre VII de la Charte de l'ONU permet d'imposer des sanctions économiques et diplomatiques à un pays pour le contraindre à se plier à une décision du Conseil. Il autorise aussi le retour à la force. Le ministre britannique a appelé «toutes les parties à réfréner l'usage de la violence, et le conseil de sécurité à prendre ses responsabilités».

15h30: L'attentat, «un message fort» envoyé au régime d'Assad, selon un spécialiste
Pour Gala Riani, spécialiste du Moyen-Orient pour la société de consultants Control Risk, «cet attentat constitue d'une certaine manière l'attaque directe la plus réussie portée contre le régime. Les prochains jours vont être cruciaux. A tout le moins, nous pouvons nous attendre à ce que la situation continue de se dégrader, mais je pense qu'il en faudra plus pour abattre le régime d'Assad».
De son côté, Anthony Skinner responsable de la société de consultants Maplecroft, juge que l'attentat «envoie un message fort qui montre que les ministres ne sont plus en sécurité et il devrait accélérer l'érosion de la base du régime. (...) Psychologiquement, ces derniers événements devraient renforcer la détermination de l'ASL et accroître les défections au plus haut niveau du pouvoir».

15h10: Angela Merkel implore un «accord sur une résolution commune»
La chancelière fédérale d'Allemagne a réagi à l'attentat en indiquant: «Cela nous montre qu'il est grand temps de ratifier la résolution à l'ONU. J'implore tous les membres du Conseil de sécurité de se mettre d'accord sur une résolution commune.»
Elle a par ailleurs souligné que «le plan de paix proposé par Kofi Annan constitue la meilleure base pour un processus de transition politique en Syrie. Il a besoin de plus de soutien et donc de crédibilité de la part de toutes les parties. Nous devons punir toute violation par des sanctions de la communauté internationale.»

14h50: «Un acte d'une extrême importance», selon Fabius
L'attentat en Syrie est un acte d'une extrême importance qui rend d'autant plus urgent le fait de parvenir à une transition politique dans le pays, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.
«C'est un acte d'une extrême importance», a dit Laurent Fabius devant les sénateurs français. «Compte tenu de ce degré de violence, cela rend d'autant plus nécessaire et urgent le fait de trouver une transition politique qui permette au peuple syrien d'avoir un gouvernement qui exprime ses aspirations profondes», a-t-il ajouté.

14h31: Explosions à Damas près de la base commandée par le frère de Bachar al-Assad
Cinq explosions ont été entendues à proximité de la base de la IVe Division blindée de l'armée syrienne que commande Maher al Assad, le frère de Bachar, rapportent des habitants.
Les déflagrations ont retenti dans le quartier de Mouhadjirine, dans le nord-ouest de la capitale, où la IVe division est basée. Sur l'antenne de la télévision officielle syrienne, le ministre de l'Information a démenti que des explosions se soient produites dans l'enceinte de la base militaire.

14h22: La Russie qualifie de «décisive» la bataille de Damas
«Une bataille décisive est en cours en Syrie», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à des journalistes à Moscou. Cependant, «soutenir l'opposition n'aboutirait qu'à une issue meurtrière. Assad ne partira pas de lui-même», a-t-il dit. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, le soutien à l'un des deux camps ne ferait que précipiter le pays dans la guerre civile.

13h42: Le kamikaze, un garde du corps du cercle proche du pouvoir
D'après une source proche des services de sécurité syriens, le kamikaze auteur de l'attentat serait un garde du corps appartenant au cercle proche du pouvoir. Il aurait actionné sa charge explosive en pleine réunion de ministres et de responsables militaires et de sécurité.

13h39: Deux groupes revendiquent l'attentat
Lioua al Islam, un groupe islamiste dont le nom signifie «La brigade de l'islam», a indiqué sur sa page Facebook «avoir ciblé la cellule nommée la salle de contrôle de crise dans la capitale damascène». Un porte-parole de ce groupe a confirmé la revendication par téléphone.
L'Armée syrienne libre (ASL) s'est également attribué la responsabilité de l'attaque. «Voici le volcan que nous évoquions, ce n'est que le début», a déclaré le colonel Kassim Saadedine, porte-parole de l'ASL.

B.D. avec Reuters
Mots-clés
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr