l'arena fait rêver les clubs maritimes

0 contributions
Publié le 10 juillet 2012.

omnisports En 2015, le BCM et l'USDK évolueront dans une grande salle de 10 000 places

Les premières images du projet donnent le vertige. En 2015, le Dunkerquois verra s'ériger dans la commune de Petite Synthe le palais des sports le plus moderne de France. Réunie vendredi, la communauté urbaine de Dunkerque a décidé de confier la construction de cette enceinte au groupe Vinci. Montant des travaux : 112 millions d'euros financés selon un partenariat public-privé. Un projet astronomique qui a de la gueule et qui pourra permettre d'ici trois ans aux basketteurs du BCM et aux handballeurs de l'USDK d'entrer dans une nouvelle ère. « C'est un aboutissement. Depuis dix ans, nous attendions un équipement pour pouvoir rivaliser avec les grands clubs français. Il faut savoir qu'aujourd'hui Gravelines a la plus petite salle de Pro A avec le Sportica (3 000 places) », lâche Hervé Beddeleem, directeur exécutif du BCM.
Reste qu'on peut s'interroger sur la viabilité d'un tel projet. Jusqu'ici, ni le BCM, ni l'USDK n'ont participé dans leur histoire à la Ligue des champions (Euroligue pour le basket), seule compétition à pouvoir justifier une telle enceinte. « Sauf que si on n'avait pas cette grande salle, on pourrait se poser la question de la continuité des grands clubs dunkerquois. Sans ça, on ne peut pas jouer de matchs de Ligue des champions à domicile. C'est indispensable à notre développement », se justifie Jean-Pierre Vandaele, le président de l'USDK.Surtout que les deux clubs, sauf énormes affiches, n'utiliseront jamais la capacité totale de la salle (10 000 places).

Une Arena multi-fonctionnelle
En configuration normale, l'USDK et le BCM évolueront face à un public de 5 000 personnes. Et en dehors des matchs, des spectacles se dérouleront dans cette Arena multi-fonctionnelle. « Il y aura aussi 50 loges, des restaurants, quatre écrans géants... ça va être le show! », s'emballe déjà Hervé Beddeleem. A condition de rester au haut niveau d'ici 2015, histoire de pouvoir profiter à plein de ce nouvel écrin révolutionnaire. « C'est dans l'esprit de ce qui se fait en NBA. Il n' y a pas d'équivalent en France. Même Bercy n'est pas aussi moderne», conclut un dirigeant du BCM déjà fier de son futur bébé.

françois launay
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr