Revivez le discours de Jean-Marc Ayrault et le vote de confiance des députés

99 contributions
Publié le 3 juillet 2012.
 

21h20: Ce live est terminé. Merci de l'avoir suivi.

20h07: Le groupe socialiste, radical et citoyen (SRC) ainsi que celui des Radicaux de gauche et celui des écologistes ont voté pour. Le groupe écologiste a toutefois demandé au gouvernement d'agir avec «audace». Les groupes UMP et de l'Union des démocrates et indépendants (UDI, centriste), que préside Jean-Louis Borloo, ont voté contre.

20h00: L'Assemblée nationale a, sans surprise, accordé mardi sa confiance au gouvernement de Jean-Marc Ayrault (PS) par 302 voix contre 225. Sur 544 votants, il y a eu 527 suffrages exprimés.

 Les présidents de groupe prennnent la parole tour à tour. Leurs interventions sont à suivre en direct ici:



17h12: Christian Jacob, président du groupe UMP, prend la parole

16h42: La parole est maintenant à Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée

16h38: Jean-Marc Ayrault demande la confiance des députés.
Les élus de la majorité sont debout et applaudissent. 
Claude Bartolone rassure sur l'état de santé de Patrick Vignal, le député socialiste qui a été évacué. «Il a été pris en charge par notre service médical et va beauoup mieux».

16h38: «La France est plus qu’une histoire, elle est une idée de la condition humaine. C’est cette dimension qu’aucun marché ne prendra jamais en compte. Ce sont ces valeurs qui ne sont pas cotées mais qui pour nous n’ont pas de prix. Aucune agence ne notera jamais notre rêve, le rêve français, parce qu’il ne relève que de votre confiance et de celle des Français». 
 

16h37: «Des obstacles se dresseront sur notre route. De bonnes âmes nous inviteront au renoncement. D’autres nous inciteront à la résignation, alors c’est vers vous que je me tournerai et c’est sur votre force que je m’appuierai, mesdames et messieurs les députés de la majorité et de l'opposition.»
 

16h34: «Tout au long de mon intervention, j’ai pensé à ces femmes et à ces hommes que j’ai rencontrés ces dernières semaines,j’ai souvent lu dans leurs yeux autant d’espoir que d’inquiétude (...) Crainte que derrière les promesses se préparent de nouvelles désillusions.»
 

16h33: «Je voudrais devant vous saluer es femmes et les hommes, militaires et civils, engagés dans la défense de notre pays. Ma compassion va à nos soldats morts ou blessés en opérations, aux 87 soldats morts pour la France en Afghanistan. Aux familles des soldats tués, aux blessés qui restent meurtris dans leur chair, je veux dire ici, comme le Président l'a fait aux Invalides, que nous avons le devoir de les accompagner et que nous ne les oublierons pas»
«Un Livre blanc de la défense et de la sécurité nationale sera élaboré pour la fin de l’année 2012 et présenté à votre Assemblée au début de l’année 2013».

16h30: «Le retrait d’Afghanistan des forces françaises combattantes sera effectif à la fin de cette année»

16h28: En Syrie, «il est temps de mettre fin à la spirale de la répression et de la violence, en mobilisant la communauté internationale en faveur d’une transition politique, qui passe  - c’est la position de la France - par le départ de Bachar Al Assad». «Une rupture avec les dérives de la Françafrique est attendue par un continent dont les perspectives de croissance sont porteuses d’espoir».

16h25: «La France  est une terre d’immigration, mais aussi d'intégration. Sur ce sujet, trop de passions divisent nos compatriotes. La lutte contre l’immigration irrégulière et les filières du travail clandestin sera menée avec fermeté. Mais aucun enfant, aucune famille ne seront placés dans un centre de rétention
«La procédure de naturalisation, ainsi que des critères clairs, seront redéfinis, pour rendre cet accès possible et digne.»

16h23: Sur la parité,  Ayrault veut «bousculer ce conservatisme, ces inégalités choquantes  au sein de l’entreprise»

16h22: «Au premier semestre 2013, le droit au mariage et à l’adoption sera ouvert à tous les couples, sans discrimination».



16h21
: «J’organiserai une grande conférence à l’automne, avec les associations, les collectivités locales, les organismes de protection sociale, qui sont au coeur de la lutte contre la pauvreté. Non pas pour parler, mais pour trouver les solutions que les Français attendent.»

16h20: «Dès la rentrée 2012, le recrutement de 1 500 auxiliaires de vie scolaire individuels sera engagée» pour les élèves handicapés.

16h16: «La politique du chiffre a détourné les forces de sécurité d’une action menée en profondeur. L’ordre public se construit pourtant dans la durée, il n’est pas compatible avec la culture de l’instant. Rien ne sera toléré, mais tout sera engagé de la prévention à la répression».

16h15: «Certains services de l’Etat ont été considérablement affaiblis. Avec un effet particulièrement désastreux dans la police et la gendarmerie, alors que les attentes des Français en matière de sécurité n’ont jamais été aussi fortes. Un activisme brouillon a prévalu depuis une dizaine d’années»

 16h13: Ayrault rappelle que le gouvernement proposera une loi sur le vote des étrangers pour les élections municipales. Il est copieusement hué sur les bancs de l'opposition.

16h10: «La loi instituant le conseiller territorial sera abrogée.  Le mode d’élection des conseillers généraux sera modifié, pour permettre une meilleure représentativité des assemblées départementales».

16h07: «La transition écologique et énergétique que mon gouvernement veut initier sera créatrice d’emplois nouveaux»

16h06: «Notre ambition est de permettre à chacun de nos concitoyens d’accéder à un logement correspondant à ses besoins et à son pouvoir d’achat. Un objectif de construction annuelle de 500.000 logements dont 150.000 logements sociaux sera mis en oeuvre. Les communes qui ne respectent pas leurs obligations en matière de logement social verront leurs pénalités multipliées par cinq»

16h04: «Le gouvernement réformera la loi sur les universités pour garantir le bon fonctionnement et l’autonomie réelle des établissements d’enseignement supérieur»

16h01: «C’est en pensant à la jeunesse que je conduirai l’action de mon gouvernement» 
«L’objectif est de faire reculer massivement, au cours de la mandature, le nombre de jeunes qui sortent du système scolaire sans aucune qualification».
Jean-Marc Ayrault propose un «contrat éducatif»: «1.000 professeurs des écoles supplémentaires ont été recrutés dans l’urgence pour faire face aux situations les plus tendues, dès la rentrée 2012. La promesse de créer 60.000 postes sera respectée».

15h55: «C’est parce que l’Europe donne le sentiment de ne pas protéger les peuples avec suffisamment de force que le doute a pénétré jusqu’aux esprits des plus convaincus» 

«Depuis le 6 mai dernier, l’élection du Président de la République française a fait bouger les lignes. Le vote du peuple français compte. Le Conseil européen vient d’adopter un pacte de croissance d'un montant de 120 milliards d’euros (...) Le mécanisme européen de stabilité pourra recapitaliser directement les banques en difficulté sans s'appuyer sur les contibuables».
 

15h55: «Mon gouvernement mènera la bataille de l’emploi comme un impératif de chaque instant» 
«La lutte contre le chômage reposera aussi sur le renforcement des moyens mis à disposition de Pôle Emploi»

15h51: «Des mesures seront prises pour lutter contre les plans sociaux abusifs et rechercher des solutions alternatives pérennes. La compétitivité structurelle est l’une des clés essentielles du redressement (...) Je veux faire émerger des champions nationaux, voire européens»
 

15h47: «Je revendique le sérieux et la responsabilité budgétaires, je veux la justice fiscale, je veux la réforme fiscale. J’appelle à l’effort national. Mais je refuse l’austérité

15h42: «La maîtrise des dépenses est indispensable. Elle ne sera pas suffisante. De nouvelles recettes fiscales seront mobilisées. La volonté de ce gouvernement c’est de solliciter d’abord ceux qui jusqu’ici ont été exonérés de l’effort collectif (...) Les classes populaires et les classes moyennes seront épargnées, puisque sera abrogée la hausse de la TVA programmée pour octobre». Ovation dans les rangs socialistes.
«Les revenus du capital seront imposés au même niveau que ceux du travail. Il n’est plus possible de tenir des discours sur la valorisation du travail et dans les faits, privilégier la rente par une fiscalité favorable. C'est fini.»
 

15h38: La séance est brièvement suspendue 
Un député a fait un malaise dans l'hémicycle. «Notre collègue a l'air d'aller bien mieux», rassure Claude Bartolone qui demande aux photographes de ne pas prendre de photo par respect. L'élu socialiste est évacué mais la civière repart vide. Jean-Marc Ayrault reprend la parole.

15h35: «Le Président de la République a fixé des priorités: la jeunesse, la sécurité et la justice. Elles seront respectées sans pour autant creuser nos déficits et notre dette. Cela exigera des choix dans tous les autres secteurs.»

15h32 «Etre juste c’est aussi ne pas stigmatiser les chômeurs en leur faisant porter la responsabilité de leur infortune. Etre juste, c’est ne pas considérer chaque bénéficiaire du RSA comme un fraudeur potentiel ou un fainéant.» Jean-Marc Ayrault critique en creux les positions de Nicolas Sarkozy et de son équipe lors de la campagne présidentielle, qui entendaient s'attaquer à l'«assistanat».

15h32: «Je n’ai pas l’obsession de la comparaison avec le gouvernement précédent, mais je demande à chacun de mesurer la différence qui n’est pas simplement une différence de style, mais de méthode».
«La première erreur c’est de vouloir imposer d’en haut et dans la précipitation. La seconde c’est de vouloir opposer de manière dogmatique justice et compétitivité, justice et efficacité».
 

15h30: Ces cinq prochaines années, «deux phases se succèderont. La première sera celle des réformes de structure. J’entends par là, la consolidation ou la rénovation de tous les outils qui nous permettront de renouer avec la croissance, la compétitivité et l’emploi. (...) Il faut donc prendre le temps de réussir ces grandes réformes de structure, pour que vienne, ensuite, celui de tirer les bénéfices de l’effort collectif.»

15h28: «La tentation de tout pouvoir est d’aller vite. D’imposer sa marque dès les premières heures. De tout réaliser en 100 jours comme si plus rien ne devait être possible ensuite.
Et bien le Président de la République comme moi-même nous voulons installer le changement dans la durée, oui dans la durée. Prendre le temps d’écouter, d’évaluer, de décider, de faire partager ; c’est la condition même du changement. Les Français ne nous ont pas donné un mandat pour gouverner cent jours mais cinq ans.»

15h27: «La démocratie locale sera renforcée, au travers d’un nouvel acte de la décentralisation qui fera l’objet d’une large consultation».

15h25: Jean-Marc Ayrault donne le programme de la conférence sociale qui doit se tenir dans quelques jours
«Les travaux porteront sur sept sujets majeurs:
- l’emploi et particulièrement l’emploi des jeunes
 - la formation, le développement des compétences et la sécurisation des parcours professionnels
- les rémunérations et notamment les bas salaires
- l’égalité professionnelle femmes-hommes et la qualité de vie au travail
- le redressement productif national
- l’avenir de nos retraites et de notre protection sociale
- le rôle de nos services publics et de ses agents»

15h23: «Il est fini le temps des sommets spectacles. Le temps où la concertation n’était conçue que pour donner l’apparence du dialogue social à la décision d’un seul (...). Je souhaite que la culture de l’accord, celle qui implique des contreparties, du donnant-donnant, s’impose».

15h23: «A tous les niveaux, le gouvernement que je dirige se donnera les moyens de lutter contre la fraude, et d’abord contre l’évasion fiscale». A nouveau, des protestations s'élèvent.

15h22: «Chers collègues, je vous rappelle que les Français nous regardent!» lance Bartolone, obligé d'intervenir une nouvelle fois

15h21: «Je ne suis pas l'ennemi de l'argent»
 «Je ne suis pas l'ennemi de l'argent, maisje ne considère pas les gens à qui j eparle en fonction de leur patrimoine et de leur revenu. Je n'accepte pas d'entendre dénoncer une fiscalité confiscalitoire [référence à la taxation à 75% proposée par François Hollande sur les revenus supérieurs à un million d'euros annuel] par ceux-là même qui s’autorisent parfois des rémunérations au-delà de tout entendement»

15h17: «Le génie de la France, c’est la République»
«Le génie de la France ce n’est pas la concentration dans les mains de quelques-uns de notre destin commun,  c’est d’avoir su justement passer d’un système monarchique ou autoritaire à l’association de tous à la décision. Le génie de la France, c’est la République» 

«Comme vous, j’aime la France, j’aime sa langue, ’aime ses paysages, ’aime sa culture, ’aime son histoire, j’aime les valeurs qui l’ont façonnée. J’aime son goût pour le débat». Les députés de l'opposition protestent.
«Comme vous, je suis un patriote. L’enjeu, c’est de savoir si nos enfants pourront aimer le même pays, y vivre avec le même bonheur, y élever leurs enfants à leur tour, en ayant la volonté et la fierté de leur transmettre les mêmes valeurs.»
 

15h15: Claude Bartolone intervient pour demander aux députés de l'opposition de cesser de se manifester pendant le discours

15h13: «Nous ne renonçons à rien, non et non!»
«Nous pourrions utiliser la situation que nous avons trouvée pour justifier des renoncements. Non, nous ne renonçons à rien, non et non! Cette majorité n'a pas été élue pour trouver des excuses mais pour trouver des solutions. Ces solutions passent par l'exigence de vérité»

15h10: «La crise menace de nous faire perdre notre modèle social et républicain»
«La dette c'est moins d'écoles, moins d'hôpitaux, moins de services publics. C'est ce que nous lèguerons à nos enfants si nous n'agissons pas. Je ne veux pas être d'une génération qui aura légué le poids d'une dette excessive sur ses enfants et ses petits enfants. Mon gouvernement sera celui de la responsabilité devant la jeunesse.»

15h08: L'opposition se moque de l'affluence de ministres dans l'hémicyle

15h06: «Ce gouvernement allie les talents de la jeunesse et de l'expérience (...). Il est aux couleurs de la France!» Jean-Marc Ayrault souligne la parité de son gouvernement, «du jamais vu» en France.

 15h05: Jean-Marc Ayrault entame son discours
«Je viens devant vous chargé d'une mission particulière, celle du Président de la République qui a fixé notre cap: conduire le redressement de notre pays dans la justice».

15h02: La séance commence par une minute de silence en l'honneur d'Olivier Ferrand, député PS décédé dimanche à l'âge de 42 ans. Le moment est suivi d'applaudissements sur les bancs de l'Assemblée.

15h01: «Chers collègues, la séance est ouverte»
Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, ouvre la séance.

15h: Les députés prennent place dans l'hémicycle. S'ils étaient assis par ordre alphabétique la semaine dernière pour la séance inaugurale, ils ont aujourd'hui trouvé leur place attitrée sur les bancs.

 

E.O.
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr