Les papas écrivains dans tous leurs états

0 contributions
Publié le 3 juillet 2012.

Quand les femmes se libèrent, les pères se découvrent de tendres vocations. A travers les livres de Gilles Verdiani et Harold Cobert se dessine quelqu'un comme le père moderne, et c'est désarmant.
Dans Dieu surfe au Pays basque (éd. H & O, 15 €), Harold Cobert évoque la douloureuse fausse couche de sa compagne. Le lecteur vit le drame du côté du père, celui de l'impuissance absolue. Alors le papa endeuillé raconte avec l'encre et les mots, toujours avec décence, dans une lumière qui irradie l'histoire et qui persiste une fois le livre refermé.

Ces petits moments que seuls

les parents comprennent
Dans Mon métier de père (éd. Lattès, 13 €), Gilles Verdiani explore de son côté la paternité à travers ses deux enfants, Marcello et Virgile.
Avec tout l'humour que ce journaliste et critique de cinéma, scénariste

du film L'amour dure trois ans de

Frédéric Beigbeder, sait instiller à

sa prose, l'écrivain passe en revue

les petits moments que tous

les parents comprennent et savourent,

ceux auxquels les célibataires restent étanches : passer de deux à trois,

s'apprivoiser, puis prosaïquement gérer le sommeil, le cap des 3 ans,

la colonisation de l'imaginaire par

les écrans, les limites à poser, mais aussi l'intimité.
Tous ces cas de conscience, ces moments de grâce et ces erreurs qu'on se jure de ne pas répéter pour le deuxième. Un livre salutaire et drôlement tendre.Karine Papillaud

Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité
Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr