Des hommes et une femme

0 contributions
Publié le 29 juin 2012.

Anouk Aimée

Elle ne s'appelle pas Anouk Aimée pour rien. Sa carrière lui importe assez peu. Ce qu'elle veut, plutôt, « c'est être aimée ». L'héroïne d'Un homme et une femme, à qui le festival international du film de La Rochelle* rend hommage, a croisé bien des hommes dans sa vie. Florilège.

Prévert, le poète
Elle a 14 ans sur le tournage de son premier film et tout le monde l'appelle Anouk, comme l'héroïne du film. « Jacques Prévert m'a ensuite dit : “Tu ne peux pas t'appeler Anouk tout court”, confie-t-elle à 20 Minutes. Il a trouvé Aimée. »
Papatakis, le beau gosse
Le réalisateur grec est vite devenu son premier mari. Elle avait 17 ans. « C'était quelqu'un d'une grande beauté. Il a tout de suite voulu sortir avec moi, mais moi je ne voulais pas, raconte Anouk. Niko passait son temps à me présenter des gens intéressants, Jean Genet ou… Jacques Prévert, que je connaissais déjà. Et puis Queneau, Sartre, Simone de Beauvoir, Giacometti aussi… »
Fellini, le joueur
Federico Fellini avait vu Anouk Aimée en photo et croyait qu'elle était mannequin. « Il m'a appris à aimer être actrice, parce qu'avant La Dolce Vita (1960), ça ne m'amusait pas tellement. En France, voyez-vous, on se prend parfois un peu trop au sérieux. Si ce n'est pas sérieux, ça ne peut pas être sérieux… Avec Fellini, il fallait faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux. »
Demy, le jeunot
Anouk Aimée a toujours cru à la magie des rencontres. « Jacques Demy, c'est Jean-Louis Trintignant et sa femme, Nadine, qui est l'une de mes plus vieilles amies, qui me l'ont présenté : “Il y a un jeune garçon qui pense à toi pour son premier film.” C'était Lola. »
Lelouch, la famille
C'est encore Trintignant qui a servi d'entremetteur pour Un homme et une femme. « Nous avons tourné neuf films avec Claude, mais il n'y a jamais eu d'histoire entre nous, prévient-elle. Sinon, nous l'aurions dit ! Avec Claude, on est très, très liés, comme une famille. »
Attal, la relève
Dans Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants, en 2004, Anouk Aimée joue la mère d'Yvan Attal, et Claude Berri, son père. « C'est ça qui m'a plu, mais je trouve aussi qu'Yvan a énormément de talent. »

Stéphane Leblanc
Newsletter
POP

En fin de journée, faites
le tour de l'actu POP : culture, people, médias

publicité
publicité
publicité

Top 5 des vidéos partagées
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr