Wilhelmsson ou le «petit Beckham»

0 contributions
Publié le 15 juin 2012.

FOOTBALL - L'international suédois, qui jouera la France mardi à l'Euro, a passé six mois au FCN

Eté 2006, Japhet N'Doram et Rudi Roussillon, respectivement directeur sportif et président du FCN, présentent fièrement leur nouvelle star : Christian Wilhelmsson, transfuge d'Anderlecht (26 ans). «C'était un garçon considéré comme un très bon joueur dans son pays et comme un play-boy, se souvient Roussillon. C'était le petit Beckham. Il vivait avec un mannequin suédois (Oksana Anderson). Tout le monde considérait que c'était une bonne idée…» L'avenir montrera que ça ne sera pas une bonne pioche. Treize matchs en Ligue 1, aucun but marqué. Un apport offensif quasi-nul.
«Il s'est retrouvé dans une galère, explique Franck Signorino, qui a pris deux ou trois fois un verre avec lui à l'époque. Il était perdu, il errait sur le terrain. Il ne parlait pas un mot de français et le coach Le Dizet ne parlait pas un mot d'anglais… Il avait pourtant des qualités techniques hors-normes.»

L'histoire de la montre en or
Dans les allées de la Jonelière, le Suédois – aux émoluments mensuels de près de 110.000  euros bruts – dégageait une certaine condescendance. On raconte sur lui qu'il a exigé une maison avec un étang pour s'adonner à son hobby : le ski nautique. «Non, il n'avait pas d'exigences particulières, le défend Roussillon. Ce n'était pas un capricieux, même si avant de signer, il avait repéré la Jonelière, la Beaujoire et… La Baule!»

Signorino bat aussi en brèche l'image hautaine qu'on lui colle: «Il était hyper accessible. Il n'était pas méprisant. Il comptait s'installer à Nantes. Il avait même, je crois, acheté une maison à Sucé-sur-Erdre ! » Une demeure qu'il devra revendre très vite au final.
Six mois après son arrivée, il est prêté à l'AS Rome, puis à Bolton et à La Corogne, et finalement vendu par le FCN pour 2,7 millions d'euros en 2008 au club d'Arabie Saoudite d'Al Hilal Riyad. En septembre 2011, il est prêté à un club qatarien sans doute plus par amour de l'argent que du maillot…
Car Wilhelmsson aime le clinquant. Le jour où il négocie sur un yacht son départ de Nantes, il réclame sans vergogne la montre en or porté par l'émir-président d'Al Hilal Riyad… Pour l'anecdote, ce dernier s'est exécuté sans hésiter.

David Phelippeau
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 Nantes 0 0m
2 Saint-Etienne 0 0m
3 Montpellier 0 0m
4 Caen 0 0m
5 PSG 0 0m

Classement complet

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr