Le Front de gauche à un tournant

0 contributions
Publié le 15 juin 2012.

Comment rebondir ? Distancé par Marine Le Pen à la présidentielle et dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Jean-Luc Mélenchon a perdu son pari du printemps 2012 : devancer l'« épouvantail » du FN pour faire exploser l'argument du vote utile des deux grands partis. « On est peut-être derrière eux, mais on court plus vite », positive François Delapierre, l'un des plus proches conseillers de Mélenchon. A l'Assemblée, la gauche du PS aura un petit rôle. Le tribun Mélenchon ne profitera pas de l'exposition parlementaire et le groupe communiste, riche de 19 élus, devrait connaître un recul en sièges, dimanche. La vice-présidente du Parti de gauche, Martine Billard, a été éliminée et deux apparentés, Patrick Braouzec et Jean-Pierre Brard, sont en difficulté en Ile-de-France. Le prix de l'indépendance et du refus du PS de négocier, notamment dans des circonscriptions où le FN était bien placé. « Le PS a tout fait pour nous faire battre », peste le Front de gauche. « Nous ne serons pas dans la majorité présidentielle. Nous nous positionnerons au cas par cas », précise François Delapierre. Paradoxalement, dans le même temps, la dynamique Mélenchon a permis au Front de gauche de gagner des voix par rapport à 2007. Espérant avoir pénétré l'opinion, ce dernier se pose comme un recours. « Les partis d'extrême gauche sont asséchés. Nous sommes devenus en quelques mois la seule alternance au PS à gauche. Nous avons posé les jalons d'une future révolution citoyenne », détaille François Delapierre. En espérant que le Parti communiste, appâté par des postes au gouvernement, ne se désolidarise pas de l'alliance.Matthieu Goar

Newsletter
BREAKING NEWS

Recevez nos alertes
info en temps réel

publicité
publicité
publicité

publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr